Le blog de Daniel Sormanni - Page 5

  • UN BON BUDGET 2013 POUR LA VILLE DE GENEVE

    Imprimer

    Un budget équilibré, au service des citoyens, a été voté ce samedi par une large majorité du Conseil municipal de la Ville de Genève.

    L'action des conseillers municipaux du MCG a été déterminante, et le bons sens l'a emporté.

    En effet, l'action des commissaires du groupe, à la commission des finances, à réussi à trouver les solutions pour équilibrer un budget qui avait été présenté déficitaire par le Conseil administratif.

    Contrairement aux déclarations de l'ENTENTE, ce budget à des priorités qui sont les nôtres :

    - assurer plus de sécurité (25 policiers municipaux supplémentaires)

    - maintenir les prestations à la population

    - maintenir les conditions de travail des petits et moyens fonctionnaires

    - maintenir le soutient aux subventionnés

    Ce budget sorti de la commission des finances à finalement été voté à l'identique par le Conseil municipal, sans déficit.

    Au niveau des investissement, grace à l'action du MCG, qui depuis un an milite en faveur d'une maîtrise des investissements, le budget a été ramené de 150 mios à 110 mios, afin d'assurer l'avenir et éviter un endettement excessif  de la Ville de Genève.

    Ce budget 2013 est une avancée certaine, c'est très clairement une victoire du bon sens au service de tous.

     

    Daniel SORMANNI

    Conseiller municipal

    Rapporteur général de la commission des finances

     


     

  • BUDGET 2013 de la VILLE DE GENEVE A L'EQUILIBRE, UN EXEMPLE A MEDITER

    Imprimer

    BUDGET 2013 DE LA VILLE DE GENEVE, ON REVIENT DE LOIN

    Après une présentation par le Conseil administratif d'un budget 2013, pas fini, sans arbitrage, avec un déficit de 23 mios, l'exécutif est revenu devant la commission des finances, avec un nouveau budget, plus abouti avec de nombreuses corrections à la hausse et à la baisse, pour se fixer à un déficit de 6 mios.

    L'effort est méritoire, mais insuffisant. Dans ces temps économique difficile, il est impératif de présenter un budget, au minimum, équilibré.

    La commission des finances à effectué un important travail et à trouvé les éléments pour corriger le projet de budget du Conseil administratif.

    Ce sont pas moins de 7,3 mios qui ont pu être économisé, indexation des salaires du personnel Ville de Genève, Petite enfance et Grand-Théâtre (indice négatif à ce jour), rente enfant complémentaire, rente de rattrapage d'indexation des pensionnés de la CAP, nouveaux postes refusés aux départements des constructions, de la culture et de la cohésion sociale.

    L'entretien des routes, dans un état lamentable à Genève à bénèficié d'un supplément de 1,3 mios.

    Finalement simple et sans douleurs, les prestations sont maintenues le personnel n'est pas pénalisé, ont arrive à un équilibre, sans véritable effort, presque trop facile et trop simple.

    Une évidence aussi, maîtriser l'investissement et revenir à des montants qui préserve l'avenir, à savoir 110 mios.

    Cet équilibre, peut être fragile, car si tous les partis ont voté à la commission des finances ce projet de budget 2013 équilibré, avec des investissements qui préservent l'avenir; une première à Genève depuis 21 ans; il ne faudra pas toucher à ce compromis.

    Mais ne soyons pas dupe, il y a encore des potentiels d'économies et le Conseil administratif serait bien inspiré de les activer, car autrement se sera fait par le Conseil municipal.

     

    Daniel SORMANNI

    Conseiller municipal / Membre de la commission des finances

    Rapporteur général sur le budget

     

  • LA REINE DE L'IMMOBILITÉ CAMPE SUR SES POSITIONS

    Imprimer

     

    SEGE-1.jpg.

     

     

     

     

    Engagements aux TPG : les fossoyeurs de l’emploi des résidents genevois !

     

      

     

    Le Syndicat des employés genevois (SEGE) a appris que la Conseillère d’Etat continue à engager ses cadres au-delà de la frontière et même beaucoup plus loin. C’est à Toulouse que Mme Michèle Künzler, la reine de l’immobilité, est allée chercher le nouveau directeur en charge des transports collectifs.

     

    Nous sommes inquiets pour l’emploi des résidents genevois. Les TPG continuent d’engager en priorité de nouveaux frontaliers pour les postes de chauffeurs et autres. Avec le chômage qui est en hausse, c’est insupportable. Rappelons que les chiffres de septembre, faussement annoncés à la baisse, sont en forte augmentation à Genève.

     

    Nous ne pouvons plus tolérer cette politique de l’emploi qui prétérite les résidents.

     

    Le SEGE exige la préférence cantonale.

     

     

     

    Shadok.png

     

     

     

     

    Et pour finir, nous ne suivrons pas l’exemple des Shadocks, qui tapent toujours sur les mêmes pour faire taire les mécontents…

     

    Daniel SORMANNI

    Secrétaire général du SEGE

     

    CP 340

    1211 Genève 17

     

    com@sege.chwww.sege.ch

     

    Renseignements : Daniel Sormanni, secrétaire général du SEGE, tél. 076 379 64 07.

     

     

  • LA REINE DE L'IMMOBILITÉ, CAMPE SUR SES POSITIONS.

    Imprimer

     

     

     

    Engagements aux TPG : les fossoyeurs de l’emploi des résidents genevois !

     

     

     

    Le Syndicat des employés genevois (SEGE) a appris que la Conseillère d’Etat continue à engager ses cadres au-delà de la frontière et même beaucoup plus loin. C’est à Toulouse que Mme Michèle Künzler, la reine de l’immobilité, est allée chercher le nouveau directeur en charge des transports collectifs.

     

    Nous sommes inquiets pour l’emploi des résidents genevois. Les TPG continuent d’engager en priorité de nouveaux frontaliers pour les postes de chauffeurs et autres. Avec le chômage qui est en hausse, c’est insupportable. Rappelons que les chiffres de septembre, faussement annoncés à la baisse, sont en forte augmentation à Genève.

     

    Nous ne pouvons plus tolérer cette politique de l’emploi qui prétérite les résidents.

     

    Le SEGE exige la préférence cantonale.

     

     

    Daniel Sormanni                        Sege.jpg

    Secrétaire général du SEGE

  • UNE NOUVELLE CONSTITUTION

    Imprimer

    Le Syndicat des Employés Genevois (SEGE) à pris acte de la décision sortie des urnes ce jour, relative à la nouvelle Constitution.

     

    Nous constatons que ce nouveau texte constitutionnel n’a pas attiré les foules avec un taux de participation très faible de 30%. Il n’a pas non plus amené un enthousiasme en regard de l’enjeu avec un taux de 54% contre 46% (taux connu au moment de la rédaction du communiqué). La Ville de Genève et quasiment toutes les villes suburbaines ont voté non.

     

    Nous pouvons regretter que ce texte ne soit absolument pas innovateur et qu’il implique des régressions de droits démocratiques notamment les droits syndicaux, les référendums, et initiatives.

     

    Des grands principes fondamentaux flous, non opposables; nous font craindre pour l'avenir de la démocratie de Genève et pour ses libertés.

     

    Le SEGE restera attentif à la suite du processus et ne manquera pas de peser dans les débats qui vont suivre, et d’apporter ses solutions pour le bien des Citoyennes et des Citoyens de Genève.

     

    Daniel SORMANNI

    Secrétaire général du SEGE

  • DES EMPLOIS AIDES POUR LES JEUNES

    Imprimer

     

    A 2 mamans en colère et à toutes les autres (E. Ditzoff et Elisabeth Maury).
    Mesdames, j'aimerais vous dire que le MCG
    pense aux situations que vous décrivais et se bat pour l'emploi des jeunes résidents à Genève. Une proposition visant à
    soutenir l'emploi des jeunes a été déposée au Conseil municipal de la Ville de Genève, elle a été déposée dès l'arrivée
    du MCG au Conseil municipal en juin 2011. Malheureusement cette proposition est bloquée par les autres partis en
    commission et on se bat pour la faire avancer. La proposition "CINQ CENT EMPLOIS AIDÈS POUR LES JEUNES", vise à aider
    par une subvention du salaire de maximum 50% à favoriser l'emploi des jeunes. La proposition se trouve en entier sur
    mon "BLOG TDG" dont voici le lien - http://danielsormanni.blog.tdg.ch
    Meilleure salutations. Daniel SORMANNI /
    Conseiller municipal

     

    La proposition :

     

    PRD-4

     

    Projet de délibération du 8 juin 2011 de Mmes Mireille Luiset, Danièle Magnin, MM.

     

    Jean-François Caruso, Jean-Philippe Haas, Claude Jeanneret, Carlos Medeiros,

     

    Denis Menoud, Soli Pardo, Antoine Salamin, Daniel Sormanni et Pascal Spuhler:

     

    «Cinq cents emplois aidés pour les jeunes».

     

    PROJET DE DÉLIBÉRATION

     

    Considérant:

     

    – que le Mouvement citoyens genevois a proposé aux électeurs de la Ville de Genève

     

    des actions concrètes pour l'emploi des jeunes résidents;

     

    – la précarisation alarmante d'une partie de la jeunesse de notre ville;

     

    – que beaucoup de jeunes ne trouvent pas de places d'apprentissage pour diverses

     

    raisons, alors qu'un apprentissage permet d'obtenir un certificat de capacité et de

     

    trouver un travail autre que ceux de livreur de pizzas et de nettoyeur de voiture ou qu'un

     

    emploi précaire chez McDonald's;

     

    – qu'une formation professionnelle en entreprise, avec un vrai patron, permet de

     

    comprendre comment fonctionne le monde du travail ainsi que ses exigences;

     

    – que parfois des jeunes ont un parcours chaotique sur le plan scolaire, ce qui les

     

    handicape pour trouver une place d'apprentissage car souvent il y a une sévère

     

    sélection pour être éligible à un poste d'apprenti;

     

    – que dans notre société de consommation effrénée ceux qui sont laissés sur la touche

     

    peuvent être amenés à «faire des conneries» pour financer leurs besoins vitaux;

     

    – qu'être apprenti c'est avoir un statut social qui évite la marginalisation et la perte de

     

    confiance en soi;

     

    – que beaucoup de jeunes ont peu ou pas d'expérience professionnelle, ce qui les

     

    handicape grandement pour leur carrière professionnelle future;

     

    – que la nouvelle loi sur le chômage pénalise les jeunes et que le Canton ou la Ville

     

    délaissent les jeunes qui sont livrés à eux-mêmes,

     

    LE CONSEIL MUNICIPAL,

     

    vu l'article 30, alinéa 2, de la loi sur l’administration des communes du 13 avril 1984;

     

    sur proposition d'onze de ses membres,

     

    décide:

     

    Article premier. –

     

    Un crédit de fonctionnement de 7 500 000 francs (dont les trois quarts

     

    seront provisionnés sur les trois prochains exercices budgétaires) est ouvert au Conseil

     

    administratif en vue de soutenir financièrement durant quatre ans la création de 250

     

    «Places d’apprentissage en emploi aidé», selon les dispositions prévues à l’article 3 de la

     

    présente délibération. Une ligne budgétaire spécifique est inscrite au budget de

     

    fonctionnement de chaque exercice.

     

    Art. 2

     

    . – Un crédit de fonctionnement de 6 750 000 francs est ouvert au Conseil

     

    administratif en vue de soutenir financièrement 250 «Places de travail première embauche

     

    en emploi aidé», selon les dispositions prévues à l’article 4 de la présente délibération.

     

    Une ligne budgétaire spécifique est inscrite au budget de fonctionnement lors de chaque

     

    exercice budgétaire.

     

    Art. 3

     

    . – Les emplois aidés «Place d’apprentissage» couvrent la durée d’un contrat

     

    d’apprentissage d’une durée maximale de quatre ans et ils sont notamment contrôlés par

     

    les autorités compétentes communales, cantonales et fédérales. Le montant maximal de

     

    la subvention est de 50% de la masse salariale de l’apprenti telle qu'elle est définie par les

     

    usages de la profession ou les conventions collectives de travail de chaque branche

     

    économique.

     

    Art. 4

     

    . – Les emplois aidés «Première embauche» couvrent la durée d’un contrat privé

     

    au sens de l’article 319 du Code des obligations et suivant d’une durée maximale d’une

     

    année. Le montant maximal de la subvention est de 50% de la masse salariale de

     

    l’employé telle qu'elle est définie par les usages de la profession ou les conventions

     

    collectives de travail de chaque branche économique.

     

    Les contrats de «Première embauche» sont réservés prioritairement à ceux qui six mois

     

    après l’obtention d’un certificat fédéral de capacité n’ont pas trouvé d’emploi convenable,

     

    ceux qui sont de retour du service militaire et qui sont sans travail et ceux qui six mois

     

    après avoir obtenu un Master de l’Université de Genève ou un titre équivalent d’une haute

     

    école genevoise n’ont pas trouvé un emploi convenable.

     

    Ceux qui ont bénéficié d’une place d’apprentissage en emploi aidé telle qu'elle est

     

    mentionnée à l’article premier ne peuvent pas bénéficier d’un contrat de première

     

    embauche auprès du même employeur.

     

    Art. 5.

     

    – Les ayants droit des emplois aidés sont, d’une part, tous jeunes âgés entre 15

     

    et 25 ans domiciliés sur le territoire de la Ville de Genève et dont eux-mêmes ou leurs

     

    responsables légaux sont contribuables sur la Ville de Genève, et, d’autre part, les

     

    employeurs privés contribuables en Ville de Genève, prioritairement les PME, les artisans

     

    ou les professions libérales, inscrites au Registre du commerce, à jour sur les plans

     

    fiscaux et dont les charges sociales sont régulièrement payées et qui n’ont pas subi de

     

    condamnation pour infraction à la loi sur l'assurance vieillesse et survivants ou la loi

     

    fédérale sur les étrangers; seuls les employeurs n’ayant pas procédé à des licenciements

     

    économiques ou abusifs dans les trois ans précédant la signature du contrat

     

    d’apprentissage ou de travail privé «Première embauche» sont éligibles aux présentes

     

    mesures.

     

    Ces aides de la Ville de Genève ne sont pas cumulables avec d’autres prestations en

     

    faveur de l’emploi ou de l’aide sociale de la Ville, du Canton ou de la Confédération, ni

     

    d’organismes privés ou sociaux tels que l’Hospice général.

     

    Art. 6.

     

    – Le Conseil administratif établit un rapport annuel sur l’application des mesures

     

    définies aux articles premier et suivants de la présente délibération et il le fournit au

     

    Conseil municipal.

     

    Art. 7.

     

    – Le Conseil municipal, notamment par l'intermédiaire de la commission des

     

    finances, est autorisé, en tout temps, à demander un rapport au Contrôle financier de la

     

    Ville de Genève ou de tout autre organe mandaté par elle.

     

    Art. 8

     

    . – Il sera pourvu à la dépense prévue aux articles premier et 2 par l’affectation

     

    d’une partie du boni 2010 de la Ville de Genève, lequel s’élève à 81 100 000 francs.

     

    Lien permanent Catégories : Citoyens, Economie, Emploi, Politique 0 commentaire
  • L'HONNEUR DES RESIDENTS GENEVOIS

    Imprimer

    HUMMEURS A L'ATTENTION DE M. Antoine VEILLIARD

     

    Monsieur

     

     

    Vos propos sont méprisants pour les résidents Genevois, ils ne sont pas des nantis, ni des notables, comme vous, et ne peuvent pas admettre de ne pas avoir la priorité à l'emploi sur de nouveaux arrivant. Il est aussi parfaitement normal que pour diriger une régie publique un candidat Suisse soit préféré.

     

     

     

    En tant que Suisse essayer de postuler un poste similaire, voir même de rentrer dans la fonction publique française, c'est juste impossible et interdit par les lois de votre pays. Quels engagements la France a t-elle pris pour corriger ces injustices.

     

     

     

    Votre fantasme de traiter les Suisse habitant en France, comme ayant été chassé est méprisant et ces citoyens, comme les autres habitants de Genève, sont respectés comme il se doit.

     

     

     

    Je suis un fervent partisan de la construction de logements à Genève, répondant aux besoins prépondérants de la population, particulièrement par les coopératives et si vous prétendez être un acteur attentif et connaisseur du bassin Genevois, vous devez savoir que les blocages sont multiples et viennent de différents  milieux, politiques, associatifs et immobiliers.

     

     

     

    Alors plutôt que d'insulter le peuple de Genève, participer à débloquer la situation sur le front du logement; ce serait plus intelligent.

     

     

     

    Avec mes salutations les meilleures.

     

     

     

     

     

    Daniel Sormanni

     

    Conseiller municipal

     

  • L'ETAT VEUT DEPLUMER LA VILLE

    Imprimer

    L'avant projet du Conseil d'Etat. sur la péréquation intercommunale, attention au piège anti Ville de Genève. C'est une nouvelle attaque contre la Ville et je m'y oppose et la condamne.

    Il est trop simple de mettre en place une nouvelle péréquation qui prive la Ville de 113 millions et de dire que les communes qui profitent des prestations de la Ville, "Culture, Sports, etc", doivent payer plus, sans proposer quoique ce soit de concret.

    De plus de taxer les contribuables uniquement sur leurs lieu de résidence affaibli fortement la Ville qui a la majorité des emplois du canton sur son territoire, mais paye aussi une grande part des charges de la collectivité du canton de Genève. Alors que la constituante à renoncé, face à l'opposition des communes, à introduire cette disposition, l'Etat revient par la loi avec cette disposition, c'est juste malhonnête.

    De plus de dire que l'Etat récupère le Grand-Théâtre, notamment, sans dire comment il va financer les 60 millions, alors que lui-même s'enfonce dans les déficit, c'est irresponsable.

    L'Etat revient à ses vieux rêves, comme lors de la tentative, il y a quelques années de supprimer la commune Ville de Genève.

    Entrons en résistance

    Je refuse que l'Etat dépouille la Ville de Genève de ses joyaux, pour la réduire à l'état de commune ordinaire,........vieux rêve de l'Etat.

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal

  • Présidence des régies publiques

    Imprimer

    Daniel Sormanni

    14:58 Heures
    Signaler un abus

    Aprè les HUG, la saga continue, le Conseil d'Etat perd la tête et propose un frontalier, même familier à la présidence des TPG. Non ce n'est pas acceptable, et encore moins de modifier la loi en urgence pour permettre cette nomination. Le SEGE (Syndicat des Employés Genevois)s'oppose formellement et fermement à cette manière de faire et à cette nomination.Daniel Sormanni,secrétaire général du SEGE et Conseiller municipal de la Ville de Genève.

  • UN BUDGET 2013 PAS FINI

    Imprimer

    UN BUDGET 2013 PAS FINI

     

    Pour le MCG le projet de budget 2013 de la Ville de Genève n'est pas satisfaisant.

     

    En effet dans un contexte économique difficile, avec une contraction des recettes, il faut opérer des choix. Hors ceux-ci n'ont pas été fait par le Conseil administratif qui présente un budget déficitaire de 23 mios.

     

    Des charges qui augmentent de 30 mios, 25,5 nouveaux postes, mais seulement 5 pour la sécurité, on n'est pas dans la cible.

     

    Nos priorités restent bien sûr la sécurité, le maintient des prestations, l'entretien du patrimoine et le soutient à l'emploi et à l'économie.

     

    Cela est possible, par des économies dans certains secteurs, comme les biens, services et marchandises et les prestataires extérieurs ainsi que le gel de certains remplacements de postes.

     

    Des recettes manquent aussi à l'appel, comme la ristourne sur les carburants (10 mios).

     

    Il faut aussi maitriser les investissements et maintenir une enveloppe de 100 mios pour ceux-ci; afin de ne pas péjorer l'avenir et éviter l'explosion de la dette, car ceux-ci ne sont plus autofinancés dans le budget 2013 à hauteur de 90 mios..

     

    A ce prix l'équilibre budgétaire, que nous réclamons, est possible.

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal MCG

    Membre de la commission des finances

  • FRONTALIERS : LES ILLUSIONS PERDUES

    Imprimer

    FRONTALIERS :  LES ILLUSIONS PERDUES

     

    Nous avons découvert avec beaucoup d’étonnement l’article de la « Tribune de Genève » qui prétend que « Les employeurs préfèrent les Genevois aux frontaliers » (24 juillet 2012). En tant que secrétaire général du Syndicat des employés genevois (SEGE), seul syndicat qui défend les travailleurs résidents genevois, je me trouve face à une réalité tout à fait différente. Des cas concrets contredisent très nettement la thèse défendue par l’Université de Genève, qui se fonde sur un test de CV. Cette étude, très partielle et réductrice, n’aurait pas dû faire l’objet d’une conclusion générale, prétendant qu’il n’y a aucun problème sur le marché de l’emploi à Genève. En effet, la réalité a la vie dure. Il y a bien 80'000 frontaliers, en hausse constante depuis vingt ans, plus particulièrement avec les Bilatérales et la disparition de la Commission tripartite. Je me souviens de l’époque où on promettait aux ouvriers et employés genevois qu’il n’y aurait jamais plus de 25'000 frontaliers à Genève. Une illusion, une de plus… Nous sommes d’autant plus surpris que la synthèse de l’étude n’apporte aucune précision et donne la fâcheuse impression que l’on a tiré des conclusions expéditives d’un vrai problème, en faisant preuve d’une grande légèreté. On ne peut se moquer des citoyens qui souffrent de la concurrence excessive régnant dans le marché de l’emploi genevois. Dans l’attente de la publication de l’étude complète, le syndicat SEGE est loin d’être rassuré.

    Daniel Sormanni

    Secrétaire général du SEGE

  • Politique économique à Genève et ....MERCK SERONO

    Imprimer

     

     

     

    Communiqué de presse du SEGE-Merck Serono.doc   

           Communiqué de presse du SEGE

     

     

     

    Merck Serono : le Conseil d’Etat doit taper du poing sur la table

     

    Le SEGE - Syndicat de défense des employés genevois  - qui vient d’élire un nouveau Secrétaire général, Daniel Sormanni, réclame davantage de fermeté de la part du Conseil d’Etat pour défendre les travailleurs.

     

    Le SEGE, qui défend les travailleurs genevois, demande au pouvoir politique de prendre les mesures qui s’imposent.

     

    Le constat :

    -         1250 postes ont été supprimés par la multinationale, sans compter les emplois des sous-traitants eux aussi très nombreux.

    -         Les sociétés pharmaceutiques comme Merck Serono bénéficient de prix de ventes excessifs et de situations qui leur permettent d’engranger des milliards payés par les consommateurs et les contribuables (recherche financée par l’Etat, subventionnement de l’assurance maladie).

    -         Malgré ces cadeaux étatiques, les entreprises pharmaceutiques délocalisent brutalement, ce qui est également payé par les assurés de l’assurance-chômage et par les contribuables (effets sociaux)

    -         Le président de Merck Serono était également président de la Chambre de commerce et n’a pas immédiatement démissionné, ce qui pose de sérieuses questions.

    -         Le Gouvernement genevois n’a réagi que très tardivement et très mollement.

     

    Le SEGE demande instamment au Conseil d’Etat genevois de taper du poing sur la table et de faire pression sur la société multinationale avec toute l’énergie nécessaire, pour défendre les employés. En effet, il y a un nombre important de résidents genevois.

     

    Le SEGE réclame également un plan d’action du Gouvernement en faveur des employés de Merck-Serono :

    -         Engagement des employés résidents genevois dans les postes vacants de l’Etat de Genève et à la Ville ;

    -         Attribution de mandats publics aux sociétés sous-traitantes en particulier dans les services et l’informatique ;

    -         Pression auprès de Merck-Serono pour garder le maximum d’emplois possible à Genève.

    -         Remise en cause du soutien aux entreprises pharmaceutiques qui grèvent les finances publiques et sèment la pagaille sociale.

     

    Voici notre constat et nos propositions.

     

    Le SEGE, syndicat qui défend les résidents genevois, vient d’élire un nouveau Secrétaire général en la personne de Daniel Sormanni, qui a une longue expérience syndicale. Membre de la FTMH pendant 20 ans, Daniel Sormanni en a été le président en 1979.

     

    En une période difficile pour les travailleurs de notre canton, Daniel Sormanni va donner une impulsion au SEGE pour une meilleure défense et plus de solidarité pour les travailleurs et employés habitant Genève.

     

     

     

     

    CP 340

    1211 Genève 17

     

    www.sege.ch

    com@sege.ch

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Economie, Emploi, Humeur 0 commentaire
  • LA REINE DE L'IMMOBILITE BOUGE PEUT

    Imprimer

    Motion urgente


    TPG, machine arrière toute !

    Conformément à l'article  30A de la loi sur l'administration des communes (LAC) et l'article 56 du règlement du Conseil municipal de la Ville de Genève.

     

    Considérants :

     

    • - Que le nouveau réseau TPG entré en vigueur début décembre 2011 ne répond pas aux demandes des citoyens Genevois;
    • - Que le nouveau réseau n'est absolument pas efficace en termes de mobilité et qu'il engendre plus de problèmes que de solutions;
    • - Que le prix du billet ayant augmenté à 3,50 frs ne permet pas de traverser le canton en 1 heure tellement le réseau est encombré;
    • - Que le résultat de ces modifications est un blocage généralisé de la Ville de Genève, avec le mécontentement de tous les usagers; à savoir les utilisateurs des TPG, les piétons, principalement les personnes à mobilité réduite et les enfants, les cyclistes et les automobilistes;

     

    Le Conseil municipal invite le Conseil administratif

     

    • - A tout faire pour revenir dans les plus brefs délais à l'ancien réseau TPG, à rétablir en priorité l'ancien réseau de trams comme le permet le RD 806 (rapport du Conseil d'Etat sur le projet de Plan directeur des transports publics 2011-2014);
    • - Mettre en œuvre, avec l'Etat et les TPG une commission d'experts indépendants pour analyser le réseau des TPG et proposer des solutions;
    • - A ne pas se précipiter pour créer une voie TPG sur le pont du Mont-Blanc, qui va bloquer encore plus la Ville; mais de prévoir l'installation d'une ligne de tram, en procédant à son élargissement;
    • - A exiger que toutes modifications du réseau des TPG sont soumises pour consultation au Conseil municipal, par voie de résolution, conformément à la LRTP (loi sur le réseau des transports publics), article 4, al. 4, ainsi que son règlement d'exécution (RRTP), article 4, al. 2.

     

     

     

    Pour le groupe MCG : Daniel Sormanni

  • PROTECTION DES HABITANTS DE LA SUISSE, ET SI ON ALLAIT PLUS LOIN

    Imprimer

    Il fallait agir et il est bienvenu qu'une certaine notion de protection des habitants de notre pays commence à prévaloir, que ce soit au niveau suisse, le parti socialiste suisse, ou encore à Genève, le gouvernement cantonal, ont repris les thèmes du MCG.

    Mais il faut faire plus, et relativiser nos peurs de violer les accords bilatéraux: il y a des marges de manoeuvre, qui doivent permettre de revenir aux vrais délimitations frontalières, les seules ayant un sens; parallèlement, c'est indispensable aussi, il faut mutiplier les contrôles préalables et inopinés sur le terrain, singulièrement au sujet des conditions de travail.

    Au niveau des investissements, la sytématique de l'ouverture des marchés écarte les entreprises suisses aux profits d'autres, comme on l'a vu par exemple dans le cadre de l'attribution des marchés publics relatifs au CEVA. C'est intolérable et il faut trouver les moyens d'en changer (notamment, par la prise en considération de critères idoines dans le cadre de l'évaluation des soumissions - par exemple le critère environnemental: une entreprise locale pollue moins qu'une entreprise venant d'un autre pays). Le développement durable c'est aussi important.

    Le MCG est heureux de voir se rallier de plus en plus de monde, que ce soit sur le terrain politique, économique ou social, à son juste combat pour le bien-être de ses habitants et donc de la SUISSE.

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal Ville de Genève / MCG

     

    A TOUTES ET TOUS, BLOGUEURS ET LECTEURS, MES MEILLEURS VOEUX POUR LA NOUVELLE ANNEE.

  • ET TOUJOURS LA REINE DE L'IMMOBILITE

    Imprimer

    ET EN PLUS L'ARNAQUE

    Pas de trève de Noël

    La saga continue et on se moque du citoyen. La gabegie des TPG continue, la police amende les automobilistes qui se perdent dans le dédale des nouveaux itinéraires, mal voire pas signalés et la DGM se contente de dire qu'à terme, il faudra améliorer la signalisation.

    Alors que rien n'est réglé, on annonce des hausses considérables des tarifs de stationnement, la Ville de Genève en ajoute une couche avec une stratégie de piétonisation, et la suppression de nouvelles place de parkings, compensées que partiellement. On doit aussi permettre aux véhicules de livraisons de circuler pour le maintien des entreprises et des commerces en ville et pour l'emploi.

    Et en plus on veut bloquer encore plus notre ville en installant des couloirs réservés pour les bus sur le pont du Mont-Blanc.

    La ville a mal à sa circulation, elle est bloquée par l'incurie des responsables de la circulation, la DGM, les TPG, mais surtout Mme Michèle KUNZLER et pour la ville de Genève M. Remy PAGANI.

    Non, je ne peux le croire, tout cela est voulu pour dégouter les automobilistes qui sont aussi et d'abord des citoyens.

    J'appelle à une réaction citoyenne pour dire non à ces nouvelles mesures, pour dire non aux couloirs réservés sur le pont du Mont-Blanc, et le retour en arrière sur certaines mesures de circulation et la correction des lignes TPG; car en plus d'une inefficacité et d'une diminution de l'offre, les prix ont augmenté.

    C'EST UNE HONTE, ET J'APPELLE A LA DEMISSION DES RESPONSABLES A LA DGM, AU TPG ET DE LA CONSEILLERE D'ETAT M. KUNZLER.

    CITOYENS SOUTENEZ LE MCG.

     

    Daniel SORMANNI

    Conseiller municipal / MCG

  • ET TOUJOURS LA REINE DE L'IMMOBILITE

    Imprimer

    Honte aux politiques, qui pour toutes réponses à leurs incuries, annoncent que les problèmes vont être réglés par une répression policière envers les automobilistes.

    C'est le comble de trouver des forces de police pour amender les automobiliste, et ne rien faire par rapport à la délinquence, les vols, les crimes, la drogue; c'est vrai que cela est beaucoup plus facile.

    De plus et même le mou TCS s'y met, on veut nous imposer des voies réservées pour les TPG, sur le pont du Mont-Blanc.

    STOP, STOP, STOP, STOP et démission des responsables de la gabegie.

    Organisons une vraie résistance.

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal / MCG

     

    Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires
  • LA REINE DE L'IMMOBILITE

    Imprimer

    La direction générale de la mobilité (DGM), déjà décriée par la Cour des comptes, doit aussi être mise à l'index par la population, car elle a réussi l'exploit de paralyser la ville sous les atours fallacieux de la mobilité. Rien ne fonctionne, carrefours, places, ratés les uns après les autres, aussi bien les piétons, les vélos, les transports publics et les voitures sont empêtrés jour après jour dans la circulation.

    Depuis la mise en service de la nouvelle ligne de tram et des nouveaux horaires des TPG, c'est pire encore. C'est un véritable scandale aux frais du contribuable. On fait des lignes de trams à grand frais, mais on ne commande pas assez de machines pour circuler dessus; réponse du Conseil d'État, il faut de la patience. STOP aux incompétences et aux incompétents qui dirigent la DGM mais aussi les magistrats Michèle KUNZLER et Rémy PAGANI, responsables de cette gabegie à 600 mios.

    Il faut décapiter la DGM, et démissionner les magistrats Michèle KUNZLER et Rémy PAGANI.

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal / MCG

  • VILLE DE GENEVE & SON BUDGET 2012

    Imprimer

    BUDGET 2012 DE LA VILLE DE GENEVE - VERITE OU UTOPIE

    Après 28 heures de débats, le Conseil municipal de la Ville de Genève a adopté son budget.

    Mais au-delà de la frustration que peuvent avoir les Conseiller municipaux quant à l'issue des débats, il est bon de rappeler que le Conseil administratif n'a pas rempli sa mission, n'a pas fait son travail; car la commission des finances, dans sa majorité, lui a demandé de venir avec une nouvelle version de son budget rectifié et équilibré.

    Le Conseil administratif n'a pas souhaité répondre et a remis de ce fait le débat à la pléinière du Conseil municipal, d'où la longueur du débat.

    Le MCG se voulait constructif et prêt à voter un budget, mais la condition qu'il soit équilibré. Pour cela il a présenté 23 amendements afin d'y parvenir.

    Tous ces amendements était réalisables et indolores pour l'activité de la Ville de Genève et les prestations à la population.

    Réductions des charges "biens, services & marchandises" de 1,9 % - Economie 3,8 mios sur 199 mios

    Postes vacants diminution de 10 postes - Economie : 1,1 mio

    Rétrocession aux communes frontalière - Economie : 1 mio

    Juste sur ces propositions l'équilibre vrai est  réalisé; malheureusement même l'Entente de les a pas soutenus.

    Après cela la messe était dite et le Conseil administratif avait la porte ouverte pour venir combler le déficit avec une revalorisation de la prévision de recettes de la taxe professionnelle.

    Le groupe des Verts voulait aussi un budget équilibré, mais s'est rallié au tour de passe-passe du Conseil administratif.

    Donc après des amortissements anticipés sur les comptes 2011 pour économiser sur les amortissements dès 2012 et une revalorisation des recettes prévisionnelles de la taxe professionnelle irréaliste, car dans le budget rectifié le même Conseil administratif a baissé les recettes prévisionnelles des personnes physiques et des personnes morales de 30 mios, on se retrouve certes avec un budget équilibré, mais non moins truqué.

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal MCG

    Membre de la commission des finances

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • BUDGET 2012 au Conseil Municipal de la Ville de Genève

    Imprimer

    LE VOTE DU BUDGET DE LA VILLE DE GENEVE TOUJOURS UN EXERCICE COMPLIQUE

    Séance marathon samedi 10 décembre, toute la journée; et quoi qu'en pensent les uns et les autres, indépendants ou pas, la démocratie doit s'exercer; c'est le garant de la parole aux citoyens et le MCG s'y engage.

    Les axes des interventions et des amendements du MCG sont les suivants :

    Un budget équilibré pour garder, à l'avenir notre capacité, d'intervention, de subvention et d'investissement.

    Le Conseil administratif, malgré le souhait de la commission des finances, n'a pas souhaité rectifier son budget avant la séance de samedi et s'en remet à une majorité, éteroclite au Conseil municipal.

    Emplois, notamment des apprentis et des jeunes et rétablissement de la subvention à la Cité des métiers.

    Aides aux associations d'aides aux chômeurs.

    Maintien du fonds chômage, pour l'aide à la réinsertion.

    Des économies indolores, postes vacants,matériels de bureau, compensation aux communes frontalières.

    Réduction sur les 38 nouveaux postes proposés par le Conseil administratif.

    Gel au niveau de l'année 2011 de certaines subventions.

    Maintien des investissements, notamment dans la construction de logements.

    Ces mesures sont déjà suffisantes pour équilibrer le budget et préserver l'avenir.

    LE MCG L'A FAIT ET GRANDEMENT REUSSI SAMEDI, ET CELA RESTE A CONFIRMER LUNDI SOIR

     

    Un mot sur la convention sur les routes d'importances cantonale en Ville de Genève

    Une majorité de Conseillers municipaux n'a pas osé demander à l'ETAT d'appliquer la loi, et a donc manqué de courage et fait perdre à la Ville de Genève plus de 12 mios de francs cette année et les suivantes, et une dette de l'ETAT envers la Ville de 135 mios.

    L'ETAT qui fait la loi ne l'applique pas à lui-même, quel bel exemple que comportement citoyen.

    Cet argent serait bien utile aujourd'hui pour poursuivre et intensifier l'appui de la Ville à ses concitoyens et habitants.

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal / MCG

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • BUDGET 2012 de la Ville de Genève

    Imprimer

    BUDGET 2012

    Demain, samedi 10 décembre 2011, le Conseil municipal de la Ville de Genève va se pencher sur le budget et le voter, oui ou non.

    Les enjeux sont d'importance, car en effet les collectivités publiques sont des acteurs importants de l'activité économique.

    On constate que le Conseil administratif a présenté un budget avec un déficit prévisionnel de près de 12 mios de francs sur un budget global de plus de 1,1 mia.

    En soi, ce déficit n'est pas très important, s'il était isolé: ce qui compte, ce sont les années à venir. Or, les perspectives sont sombres et les dernières prévisions fiscales ne sont guères optimistes.

    Il faut donc intégrer ces faits et les anticiper.

    Hélas, le Conseil administratif n'en a pas tenu compte et persiste et signe avec ce projet de budget 2012; et des perspectives absolument irréalistes reflètées dans le plan financier quadriennal.

    On constate aussis que l'Entente, au Grand Conseil, accepte et se glorifie d'avoir ramené le déficit du canton à - 350 mios: c'est ubuesque et pas crédible.

    Le MCG a choisi de faire des propositions pour revenir à un budget au moins équilibré, à travers des coupes budgétaire, ciblées, intelligentes et réalisables. Il s'y tiendra et il exige, pour voter ce budget, des diminutions de charges pour préserver l'avenir; et garder une capacité d'intervenir pour les jeunes sans emplois et un logement pour toutes et tous.

    OUI à un budget 2012 équilibré, sans augmentation des recettes de façon artificielle, et NON à un budget déficitaire.

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal / MCG

    Membre de la commission des finances