Genève à la croisée des chemins, on doit sauver l’économie et l’emploi ; l’urgence est là.

Imprimer

Genève à la croisée des chemins, on doit sauver l’économie et l’emploi ; l’urgence est là.

 

Genève doit se ressaisir, elle doit développer la solidarité et travailler de concert avec les 45 communes du canton est nécessaire.

Les effets du semi-confinement sont dévastateur et vont engendrer une crise sociale sans précédent.

Sommes-nous capables d’anticiper et d’apporter une réponse coordonnée, canton et communes, tout en mettant la pression sur la confédération pour qu’elle mette en place un plan d’aide digne de ce nom, car les 200 millions, dont 13,8 pour Genève, sont une insulte aux citoyens de ce pays.

Lors de la première vague la Confédération a débloqué des aides pour 60 milliards, dont seuls 30 ont été utilisés.

La deuxième vague sanitaire est en passe d’engendrer une catastrophe économique et une vague sociale et de chômage.

Il n’est donc plus suffisant aujourd’hui de se contenter de prêts remboursables et des RHT, il faut des aides directes, à fonds perdus, car autrement nous seront confrontés aux faillites en cascade avec leurs lots de licenciement massifs.

Nos PME, nos petits patrons et leurs employés doivent être aidés, indépendamment de leurs chiffre d’affaire, c’est la condition pour n’oublier personne.

Nous devons aussi, indépendamment de notre action auprès de la Confédération, exiger l’intervention de la BNS, car l’institut monétaire dont la mission est d’assurer la stabilité du pays, est légitimé pour agir.

Les considérables moyens de l’institut d’émission doivent être mis au service de notre économie et de nos citoyens.

En conséquence je préconise le dépôt de 2 résolutions visant à :

  • Demander à la Confédération d’augmenter son aide à 2 milliards pour toute la Suisse
  • Demander à la BNS de mettre ses ressources à disposition du pays

 

De plus le canton et les communes, par la voie d’un projet de loi, doivent mettre à disposition de toute l’économie un crédit de 130 millions, à fonds perdus, financé conjointement par l’Etat et les 45 communes, au prorata de l’importance économique.

 

Daniel Sormanni

Député - MCG

Conseiller municipal Ville de Genève - MCG

Lien permanent Catégories : Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.