Equilibre politique en Ville de Genève, mission impossible ?

Imprimer

Visiblement pour être élu à l’exécutif en Ville de Genève, il faut savoir séduire l’électeur de gauche.

Comment le réaliser en Ville de Genève, alors que comme dans la majorité des villes suisses, les caractères socio-économiques de la majorité des habitants sont favorables à la gauche, ainsi d’ailleurs que les tissus associatifs, culturelles et sociaux, notamment, qui sont bien servis annuellement par la gauche et ce depuis 30 ans.

Ce qu’il y a d’étonnant, c’est que la gauche a soutenu fortement la candidate du PDC au second tour, alors que lors de cette dernière législature c’est le PDC, par ses représentants au conseil municipal, qui a ouvert les hostilités en voulant couper dans les prestations, notamment culturelles.

Cette politique a amené la gauche à lancer, deux ans de suite, plusieurs référendums, tous gagnés, pour s’opposer à ces coupes budgétaires.

Sous l’impulsion du MCG, le soussigné, une autre stratégie a été initiée dès le budget 2018, suscitant d’ailleurs l’ire du PLR, du PDC et de l’UDC, dans un premier temps.

Ensuite des négociations, intelligentes, pour aboutir à des budgets cohérents et fixer des priorités que chaque groupe soit en mesure de soutenir ont été possible

Le MCG a été le moteur de tout cela il a fait le lien qui a permis les votes des 3 derniers budgets de la législature.

Mais alors que le MCG a soutenu les crédits pour le Grand-Théâtre, a été l’initiateur des nouveaux crédits pour les sans-abris, de modifications du statut du personnel sur les retraites, favorables au personnel, les revalorisations salariales du personnel, notamment les APM ; c’est battu, bec et ongle, contre les abattages d’arbres, réduit le secret fiscal pour les autorités communales et a réussi à créer la réserve conjoncturelle, bien utile aujourd’hui, suite à la crise économique, due à la crise sanitaire.

Nous avons aussi réussi à imposer la signature par la Ville de Genève de la directive de « Préférence cantonale » qui sera centrale dans la situation d’aujourd’hui.

C’est donc un MCG, dans son rôle, ni gauche, ni droite, mais la ou les habitants nous attendent qui a réalisé un bon score avec ses candidats au Conseil administratif, plus du double des voix du mouvement au législatif, ce qui montre qu’une partie du corps électoral à compris notre action.

C’est donc l’incompréhension, que notre mouvement constate, au soutien massif de la gauche au PDC.

A méditer.

 

Daniel SORMANNI

Chef de groupe MCG au Conseil municipal

Ex   Candidat au Conseil administratif

Lien permanent Catégories : Air du temps, Citoyens, Humeur, Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.