18/10/2013

EdS quand tu nous tient

 

EdS

Le SIT, et cela ne m'étonne guère, interprète nos positions de façon malhonnête. Nous avons participé à amender la motion qui postulait à engager automatiquement les employés de partage, en créant de nouveaux postes fixes dans l'administration et de ne pas inscrire dans le marbre le salaire minimum de 4000,- frs., car le MCG est contre un salaire minimum généralisé.

Cependant si les EdS sont engagés en fixe à la Ville de Genève leurs salaire
sera le même que les fonctionnaires, donc largement au-dessus des 4000,- frs.

Nous avons dénoncé le principe des EdS qui fixe des salaires à 3250,- frs, des frais de formation payés par l'Etat aux associations; hors c'est la Ville qui fait tous le travail de formation et c'est "Partage" qui touche les indemnités et paie les salaires.

Tout cela a été mis en place par F. Longchamp et appliqué par Mme I. Rochat.


Il n'est pas possible de transformer ces emplois en emplois Ville de Genève d'un coup, parce que cela nécessite de nouveau postes (environ 150).


Au final la motion amendée, enlevant le salaire minimum généralisé de 4000,- pour tous et l'engagement automatique à la Ville, a été acceptée; au final la
motion, amendée, certes amaigrie, a été refusée par l'Alternative; donc la gauche et les syndicats. Les EdS seront intégré progressivement et cela à déjà commencé.

Chercher l'erreur.

 

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal Ville de Genève

Député élu

Secrétaire général du SEGE

 

11:40 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

04/10/2013

PROTEGEONS NOTRE PAYS

 

Concerne : De l'espionnage des Etats-Unis à la protection des citoyens et habitants de la Suisse

 

L'affaire "WikiLeaks" que les révélations de M. Edward Snowden sur les pratiques de la NSA (National Security Agency), constituent une preuve flagrante du pouvoir d’ingérence américain, et il fait aucun doute que la NSA cible en priorité les banques suisses.

 

La guerre entre la Suisse et les USA, concernant les banques est bel et bien une lutte économique sur fond politique, la fraude fiscale n'étant que le prétexte pour s'attaquer à la place financière suisse dont le succès jamais démenti fait des envieux.

 

La Suisse fait partie du premier cercle de cibles en raison du succès de sa place financière. Ni leurs activités ni surtout leurs transactions ne sont donc censées échapper à la NSA !

 

La NSA voit loin et désormais, ce sont les réseaux de fibre optique qui sont visés. Leur espionnage débouche sur l'appropriation illicite – et demeurée impunie - de monceaux de données hyper-sensibles. Des firmes américaines, comme UPC-Cablecom (voisin de la NSA), achètent des téléréseaux en Europe tant de l'ouest que de l’est et, bien sûr, en Suisse.

En Suisse, SWISSCOM n’est que le N° 2 des réseaux de fibre optique, derrière UPC-Cablecom. Cela représente un danger pour notre sécurité nationale, nos citoyens et habitants.

 4 mesures phares :

-       Exiger le stockage en Suisse de toutes les données sensibles à notre sécurité nationale et à notre activité économique;

-       Interdire de sous-traiter des données sensibles à des firmes étrangères;

-       Protéger les citoyens et habitants de l'espionnage électronique;

-       Interdire la vente des téléréseaux à des firmes étrangères, c’est à dire charger SWISSCOM de racheter et coordonner tous les téléréseaux de Suisse.

 

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal (MCG)

Ville de Genève

13:58 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

20/09/2013

ELECTION CANTONALE DU 6 OCTOBRE, POUR QUI LA PREFERENCE

 

PREFERENCE CANTONALE, UN PAS IMPORTANT POUR L’EMPLOI, AVEC NOTRE INITIATIVE

 

Il y a un peu plus d’un an (24 juillet 2012), l’Université de Genève, rendait publique une étude sur la marché de l’emploi à Genève  « Résidents ou frontaliers ; les employeurs ont-ils une préférence ». Cette étude, très partielle et réductrice, n’aurait pas dû faire l’objet d’une conclusion générale, prétendant qu’il n’y a aucun problème sur le marché de l’emploi à Genève. En effet, la réalité a la vie dure. Il y a bien 84'857 frontaliers à Genève (juin 2013), en hausse constante depuis vingt ans, plus particulièrement avec les Bilatérales et la disparition de la Commission tripartite.

On est loin de l’époque où on promettait aux ouvriers et employés genevois, au moment où le secteur industriel fondait comme neige au soleil, qu’il n’y aurait jamais plus de 25'000 frontaliers à Genève. Une illusion, une de plus…

Nous sommes d’autant plus surpris que la synthèse de l’étude n’apporte aucune précision et donne la fâcheuse impression que l’on a tiré des conclusions expéditives d’un vrai problème, en faisant preuve d’une grande légèreté. En effet, si l’on prend la peine de lire l’étude en détail, il y a beaucoup d’interrogations et des doutes quant à une corrélation ou pas entre le nombre de frontaliers et l’emploi en général et le chômage à Genève. Aucunes preuves tangibles ne sont apportées, mais l’étude fait une conclusion, d’ailleurs largement diffusée, qu’il n’y a pas de problèmes et de discrimination à l’emploi pour les chômeurs et les résidents genevois par rapport aux frontaliers.

Dans ce contexte, il est utile de noter que le chômage à Genève est de 5,4% à savoir 12’738 personnes (juillet 2013) et de 3% au niveau Suisse ; en progression de 15% en 1 an à Genève et de 10,5% en Suisse. A Genève il y a 15'509 demandeurs d’emplois à la même période.

Pour illustrer notre démarche, les permis frontaliers on passés de 72'820 (juillet 2011) à 85'411 (juillet 2013). Chercher l’erreur.

Bien sûr, il faut vérifier l’adéquation de l’offre à la demande, mais même l’étude de l’UNI de Genève le montre, il y a des secteurs ou il y a de l’offre de résidents, mais les permis frontaliers continuent de croître.

Il y a aussi à Genève un problème de formation et de sa compatibilité avec l’offre des employeurs et des secteurs où l’on ne forme tout simplement pas assez à Genève.

Un seul exemple parlant, les infirmières, ou l’école du « Bon secours » n’a pas augmenté son offre depuis des années, alors que la demande est importante. Résultat, les hôpitaux de Genève engagent les infirmières formées en France, privant d’ailleurs les hôpitaux français de personnels.

L’Etat de Genève cède donc à la facilité et nous voulons lui demander, avec notre initiative, d’être plus actifs et concret, la directive interne, définissant les procédures d’engagements, n’étant de loin pas suffisante.

C’est pourquoi nous voulons fixer dans la loi, la priorité absolue des demandeurs d’emplois, inscris à l’OCE, ou d’un candidat domicilié à Genève ou en Suisse.

Pour le MCG l’Etat doit montrer l’exemple, et en étant exemplaire il a aussi plus d’impact sur les employeurs privés pour leurs demander, via l’OCE et son service « employeurs » de donner la préférence à des candidats résidents à Genève et en Suisse.

Il n’est pas inutile de rappeler que chaque chômeur qui retrouve un emploi n’est plus à la charge de la société (caisse chômage, hospice général, service sociaux) et paie des impôts.

On ne peut plus se moquer des citoyens qui souffrent de la concurrence excessive régnant dans le marché de l’emploi genevois.

DANIEL SORMANNI - CANDIDAT AU GRAND-CONSEIL

Membre du bureau directeur du MCG

Conseiller municipal Ville de Genève

Secrétaire général du SEGE

VOTEZ MCG liste No 9 pour le Grand-Conseil et liste No 10 pour le Conseil d'Etat

13:40 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

18/09/2013

BUDGET 2014 DE LA VILLE DE GENEVE

 

LA CIGALE ET LA FOURMI, LA VILLE DE GENEVE A MAL A SON BUDGET

 

PROJET DE BUDGET 2014 DEFICITAIRE

 

Le Conseil municipal de la Ville de Genève, malgré l'opposition du MCG, à néanmoins renvoyé le projet de budget 2014 en commission pour étude.

Aujourd'hui, hormis le contexte économique, il y a les incertitudes concernant les revenus communaux, car la fiscalité des entreprises va être revue à la baisse, la péréquation intercommunale va baisser, il y a déjà une baisse cette année, et la taxe professionnelle devrait disparaitre et les 115 millions budgété cette année. Il est déraisonnable de présenter un budget avec des augmentations de charges et plus de 50 nouveaux postes.

En effet les postes sont des charges pérennes et pour le MCG, seules les missions prioritaires sont susceptibles d'augmentions des postes, la sécurité notamment.

25 millions de déficit prévu dans ce projet de budget n'est pas acceptable pour le MCG et nous travaillerons en commission des finances à ramener ce déficit à 0, comme l'an dernier et en 2011. Ce déficit va amener la Ville de Genève à présenter un plan quadriennal de retour à l'équilibre, à la surveillance des communes.

Les investissements  sont aussi une inquiétude que nous avons véhiculé depuis 2011, et après avoir réduit ceux-ci à 110 millions au budget 2013, on voit que la Ville à prévu lesdits investissements à 130 millions et cela entraine une augmentation de la dette inacceptable

Seul un budget équilibré pourra être voté par le MCG.

 

Daniel Sormanni, membre de la commission des finances

 

13:49 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

03/09/2013

LA VILLE DE GENEVE A MAL A SON BUDGET

PROJET DE BUDGET 2014 DEFICITAIRE

Dans le contexte économique actuel, il est déraisonnable de présenter un budget avec des augmentations de charges et plus de 50 nouveaux postes.

En effet les postes sont des charges pérennes et pour le MCG, seules les missions prioritaires sont susceptibles d'augmentions des postes, la sécurité notamment.

25 millions de déficit prévu dans ce projet de budget n'est pas acceptable pour le MCG et nous travaillerons en commission des finances à ramener ce déficit à 0, comme l'an dernier et en 2011. Ce déficit va amener la Ville de Genève à présenter un plan quadriennal de retour à l'équilibre, à la surveillance des communes.

Aujourd'hui, hormis le contexte économique, il y a les incertitudes concernant les revenus communaux, car la fiscalité des entreprises va être revue à la baisse, la péréquation intercommunale va baisser, il y a déjà une baisse cette année, et la taxe professionnelle devrait disparaitre et les 115 millions budgété cette année aussi.

Les investissements  sont aussi une inquiétude que nous avons véhiculé depuis 2011, et après avoir réduit ceux-ci à 110 millions au budget 2013, on voit que la Ville à prévu lesdits investissements à 130 millions et cela entraine une augmentation de la dette inacceptable.

En l'état le MCG de pourra, donc, pas voter ce budget.

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal

Membre de la commission des finances

 

11:38 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

20/07/2013

LA FRANCE VEUT LA GUERRE, ALORS, ELLE L'AURA

Il est tout à fait intolérable de laisser faire et la police cantonale aurait du dénoncer ce cas, avéré, au Ministère Public de la Confédération, afin d'émettre une protestation officielle au gouvernement français. Il s'agit bel et bien d'espionnage. Ceci dit la meilleures défense est l'attaque et le canton de Genève serait bien inspiré de dénoncer la convention qui ristourne 3,5 % de la masse salariale perçue par les frontaliers à Genève.

De plus il convient de revoir la fiscalité des frontaliers à Genève, qui paient notablement moins d'impôts, que les résidents, à conditions salariales et de charges de familles identiques. Chercher l'erreur.

Dans un autre domaine, mais qui concernent aussi les frontaliers, c'est celui de l'assurance maladie LAMAL, LES FRONTALIERS PAIENT MOINS QUE LES RESIDENTS GENEVOIS (env. -25 %).

Alors agissons, et votons MCG, le 6 octobre 2013.

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal Ville de Genève

Membre de la commission des finances

 

15:35 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

31/05/2013

DE LA SOUVERAINTE DE LA SUISSE, OUI OU NON

Madame la Conseillère fédérale Evelyne Widmer-Schlumpf propose aux chambres fédérales de voter sur un accord fiscal qui aurait été trouvé avec les Etats-Unis, tromperie, une de plus, car un soi-disant accord ou la Suisse capitule sans conditions, n'est pas un accord, mais une honte pour la Suisse et ses citoyens.

Comment signer un accord (?), sans connaitre son contenu, c'est une véritable trahison du pays, et je salue la dignité de Monsieur l'Ambassadeur Michael Ambühl, qui a démissionné, probablement, pour ne pas cautionner la plus grande trahison du peuple Suisse de l'après-guerre.

J'invite tous les parlementaires fédéraux et le peuple Suisse à dire non à cette ignominie.

 

 

Daniel SORMANNI

Conseiller municipal

14:57 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

24/05/2013

La liberté, NAXOO et les autres

Un épilogue provisoire à la CFi, inquiétant par légèreté de certains groupes pour confirmer leurs décisions, de base, de vendre à n'importe quelles conditions.

 

On se sépare d'un réseau à un moment stratégique, car quoi de plus important aujourd'hui que les autoroutes de l'information; en main publiques, pour garantir l'accès à tous les foyers à un prix modique et pérenne, avec un contenu diversifié et adapté à la diversité culturelle de Genève, au sens large.

 

De plus l'évaluation de la société, réalisée par PWC, par ailleurs un consultant travaillant déjà pour UPC-Cablecom, est dans une fourchette de 80 à 100 mios. Ce prix est notablement inférieur à la véritable valeur de cette entreprise qui marche bien et dégage une marge brute (EBITA) de 14 mios par année.

 

Une entreprise privée, capitalistique, comme UPC-Cablecom, détenue par le groupe US "Liberty - Global", accepte donc de payer un prix supérieur à l'étude de PWC, pour une entreprise sans avenir, selon certain, relève de l'utopie.

C'est le contraire qui serait plus vrais. En effet sur la base du prix de 57,5 mios pour 51.1 % des actions, cela représente donc un prix total de 112,5 mios, comparativement à l'évaluation de PWC de 80 - 100 mios.

C'est la meilleure démonstration de la réalité du vrai prix de NAXOO, plus proche de 150 mios, que de l'évaluation du la valeur commandée à PWC par le conseil d'administration de NAXOO.

 

Sur le plan technique NAXOO est au top (fibre optique) et la qualité des images TV en HD est largement supérieur à tout ce qui se fait chez d'autres opérateurs. Hors malgré ce capital, la société n'a pas osé s'engager, et la nouvelle direction non plus dans un plan statégique de développement, en dénonçant la convention d'actionnaires de 2006 et en développant son propre système "triple-play" ou via une société tiers. C'est cette gestion amorphe qui pénalise, aujourd'hui, la société et empêche d'aller de l'avant; car contrairement aux affirmation de  Mme S. Salerno, et de l'avis de droit de Me B. Chappuis, une convention d'actionnaire à durée indéterminée n'est pas conforme au droit et peut être dénoncée dans un délai de 6 mois, selon d'autres avis autorisés, Ernst et Young, notamment, et des cabinets d'avocats spécialisés dans le droit commercial à Genève.

 

En autoroute pour les étapes suivantes de la démocratie.

 

 

 

Daniel Sormanni – Conseiller municipal de la Ville de Genève

18:56 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

24/03/2013

COMPTES 2012 DE LA VILLE DE GENÈVE - Le MCG avait raison !

Depuis notre arrivée au Conseil municipal de la Ville de Genève début juin le MCG, par la voie du soussigné, souligne avec force de conviction et analyse des chiffres, que la Ville de Genève doit prendre des mesures pour freiner ses charges de fonctionnement et d'investissements, vu le ralentissement de la conjoncture et donc de l'espérance d'augmentation des recettes fiscales. Hors, non seulement les recettes des personnes physiques et des personnes morales n'augmentent plus, mais sont en baisse et seul notre groupe l'avait prédit.

Depuis des années la Ville de Genève et son Conseil municipal, augmente ses charges de fonctionnement, nouveaux personnels, nouvelles tâches et aucuns groupes, y compris l'Entente et l'UDC, ne c'est ému et opposés.

De plus le niveau des investissements, gérés par le Magistrat Rémy Pagani, explose pour culminer dans les comptes 2012 à 153 millions, soit plus de 50 % supérieur au budget. On est dans la déraison, car ces investissements vont générer des amortissements et des frais de fonctionnement dans les budgets futurs et alourdir ainsi les charges annuelles, pérennes dudit budget.

Seul le MCG l'avait prédit et appelé à réduire et freiner ces nouvelles dépenses.

Le résultat des comptes 2012 fait hélas apparaître l'évidence; à savoir une baisse conséquente des recettes fiscales des personnes physique - 41 millions et des personnes morales - 12 millions; la taxe professionnelle est restée stable sans garanties pour l'avenir, car il faut rappeler que le système de taxation post-numérendo, bisannuels en retarde les effets de la conjoncture d'autant.

Contrairement aux propos du PLR, les recettes fiscales ont baissés en 2012 et une nécessaire adaptation des futurs budgets est donc nécessaire, car le MCG vise un nouvel exercice budgétaire équilibré après ceux de 2012 et 2013, qu'il à réussi à imposer; et une maîtrise des investissements à 100 millions au maximum.

Notre municipalité, par la voie de son exécutif est à la croisée des chemins et doit proposer un budget 2014, en trouvant des économies, sans toucher aux prestations, et je suis persuadé que cela est possible, ou il n'économise rien, et il faudra lui demander de réduire les prestations.

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal, membre de la commission des finances

18:50 Écrit par Daniel Sormanni dans Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/02/2013

TEMPETE DANS UN VERRE DE............VIN

On s'agite pour un rien dans cette république et d'un fait insignifiant on en fabrique une montagne.

C'est pas le vin qui est important, d'ailleurs il n'a même aucune importance, mais la manière de le décider qui est critiquable, quant on préside, on compose, on arrondi les angles, et la on est plus efficace; dans le respect de chacun.

En ce qui me concerne, je mène un combat politique, mais toujours dans le respect de chacun.

Avec ou sans vin.

 

 

 

 

 

19:26 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

21/01/2013

TPG l'INCOHERENCE CONTINUE

Le Maire à raison, encore une idée stupide. LA REINE DE L'IMMOBILITE à encore sévit et propose pour corriger les bêtises du nouveau réseau de tram, de rajouter des bus dans les quartiers, supprimer des places de parc (20), sans les compenser, ce qui est contraire à la loi; et bloquer les voitures par un sens unique (inique)

.De plus toute nouvelle ligne doit être soumise aux communes, encore une violation de la loi.

 

Daniel SORMANNI

Conseiller municipal Ville de Genève

15:21 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

03/01/2013

UNE ANNEE 2013 IMPORTANTE POUR LES CITOYENS DE GENEVE

La nouvelle année qui commence sera d'une importance primordiale pour les habitants et citoyens de Genève.

D'abord ont espère toutes et tous que la crise économique mondiale va se résorber peut à peut et permettre la diminution du chômage.

En Suisse et à Genève, d'abord peut, voir pas touchée par le la crise financière de 2008, est maintenant touchée par la crise économique qui à suivi.

A Genève le chômage est élevé, mais l'attractivité de notre économie et des salaires Genevois attire de plus en plus les Euro-frontaliers (97'000 aujoud'hui).

Il est temps de réagir et de multiplier les contrôles sur le terrain pour lutter contre le dumping salarial et d'instaurer partout ou cela est possible, la préférence cantonale aux résidents à Genève.

Car contrairement à ce qu'affirme la soit-disant étude de l'UNI-GE du professeur Y. Flückiger, plus que lacunaire, il y a bien discrimination à l'emploi. Et ce n'est pas les 6 réponses de l'étude qui me feront changer d'avis.

Les défits à relever sont nombreux et importants et les électeurs de Genève vont être au centre des choix lors des élections cantonales de cette automne.

Le MCG est heureux de voir se rallier de plus en plus de monde, que ce soit sur le terrain politique, économique ou social, à son juste combat pour le bien-être de ses habitants de Genève et de la SUISSE.

 

Daniel Sormanni

 

Conseiller municipal Ville de Genève / MCG

 

 

 

A TOUTES ET TOUS, BLOGUEURS ET LECTEURS, MES MEILLEURS VOEUX POUR LA NOUVELLE ANNEE.

14:00 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

10/12/2012

UN BON BUDGET 2013 POUR LA VILLE DE GENEVE

Un budget équilibré, au service des citoyens, a été voté ce samedi par une large majorité du Conseil municipal de la Ville de Genève.

L'action des conseillers municipaux du MCG a été déterminante, et le bons sens l'a emporté.

En effet, l'action des commissaires du groupe, à la commission des finances, à réussi à trouver les solutions pour équilibrer un budget qui avait été présenté déficitaire par le Conseil administratif.

Contrairement aux déclarations de l'ENTENTE, ce budget à des priorités qui sont les nôtres :

- assurer plus de sécurité (25 policiers municipaux supplémentaires)

- maintenir les prestations à la population

- maintenir les conditions de travail des petits et moyens fonctionnaires

- maintenir le soutient aux subventionnés

Ce budget sorti de la commission des finances à finalement été voté à l'identique par le Conseil municipal, sans déficit.

Au niveau des investissement, grace à l'action du MCG, qui depuis un an milite en faveur d'une maîtrise des investissements, le budget a été ramené de 150 mios à 110 mios, afin d'assurer l'avenir et éviter un endettement excessif  de la Ville de Genève.

Ce budget 2013 est une avancée certaine, c'est très clairement une victoire du bon sens au service de tous.

 

Daniel SORMANNI

Conseiller municipal

Rapporteur général de la commission des finances

 


 

09:49 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

13/11/2012

BUDGET 2013 de la VILLE DE GENEVE A L'EQUILIBRE, UN EXEMPLE A MEDITER

BUDGET 2013 DE LA VILLE DE GENEVE, ON REVIENT DE LOIN

Après une présentation par le Conseil administratif d'un budget 2013, pas fini, sans arbitrage, avec un déficit de 23 mios, l'exécutif est revenu devant la commission des finances, avec un nouveau budget, plus abouti avec de nombreuses corrections à la hausse et à la baisse, pour se fixer à un déficit de 6 mios.

L'effort est méritoire, mais insuffisant. Dans ces temps économique difficile, il est impératif de présenter un budget, au minimum, équilibré.

La commission des finances à effectué un important travail et à trouvé les éléments pour corriger le projet de budget du Conseil administratif.

Ce sont pas moins de 7,3 mios qui ont pu être économisé, indexation des salaires du personnel Ville de Genève, Petite enfance et Grand-Théâtre (indice négatif à ce jour), rente enfant complémentaire, rente de rattrapage d'indexation des pensionnés de la CAP, nouveaux postes refusés aux départements des constructions, de la culture et de la cohésion sociale.

L'entretien des routes, dans un état lamentable à Genève à bénèficié d'un supplément de 1,3 mios.

Finalement simple et sans douleurs, les prestations sont maintenues le personnel n'est pas pénalisé, ont arrive à un équilibre, sans véritable effort, presque trop facile et trop simple.

Une évidence aussi, maîtriser l'investissement et revenir à des montants qui préserve l'avenir, à savoir 110 mios.

Cet équilibre, peut être fragile, car si tous les partis ont voté à la commission des finances ce projet de budget 2013 équilibré, avec des investissements qui préservent l'avenir; une première à Genève depuis 21 ans; il ne faudra pas toucher à ce compromis.

Mais ne soyons pas dupe, il y a encore des potentiels d'économies et le Conseil administratif serait bien inspiré de les activer, car autrement se sera fait par le Conseil municipal.

 

Daniel SORMANNI

Conseiller municipal / Membre de la commission des finances

Rapporteur général sur le budget

 

11:27 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/10/2012

LA REINE DE L'IMMOBILITÉ CAMPE SUR SES POSITIONS

 

SEGE-1.jpg.

 

 

 

 

Engagements aux TPG : les fossoyeurs de l’emploi des résidents genevois !

 

  

 

Le Syndicat des employés genevois (SEGE) a appris que la Conseillère d’Etat continue à engager ses cadres au-delà de la frontière et même beaucoup plus loin. C’est à Toulouse que Mme Michèle Künzler, la reine de l’immobilité, est allée chercher le nouveau directeur en charge des transports collectifs.

 

Nous sommes inquiets pour l’emploi des résidents genevois. Les TPG continuent d’engager en priorité de nouveaux frontaliers pour les postes de chauffeurs et autres. Avec le chômage qui est en hausse, c’est insupportable. Rappelons que les chiffres de septembre, faussement annoncés à la baisse, sont en forte augmentation à Genève.

 

Nous ne pouvons plus tolérer cette politique de l’emploi qui prétérite les résidents.

 

Le SEGE exige la préférence cantonale.

 

 

 

Shadok.png

 

 

 

 

Et pour finir, nous ne suivrons pas l’exemple des Shadocks, qui tapent toujours sur les mêmes pour faire taire les mécontents…

 

Daniel SORMANNI

Secrétaire général du SEGE

 

CP 340

1211 Genève 17

 

com@sege.chwww.sege.ch

 

Renseignements : Daniel Sormanni, secrétaire général du SEGE, tél. 076 379 64 07.

 

 

20:48 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

27/10/2012

LA REINE DE L'IMMOBILITÉ, CAMPE SUR SES POSITIONS.

 

 

 

Engagements aux TPG : les fossoyeurs de l’emploi des résidents genevois !

 

 

 

Le Syndicat des employés genevois (SEGE) a appris que la Conseillère d’Etat continue à engager ses cadres au-delà de la frontière et même beaucoup plus loin. C’est à Toulouse que Mme Michèle Künzler, la reine de l’immobilité, est allée chercher le nouveau directeur en charge des transports collectifs.

 

Nous sommes inquiets pour l’emploi des résidents genevois. Les TPG continuent d’engager en priorité de nouveaux frontaliers pour les postes de chauffeurs et autres. Avec le chômage qui est en hausse, c’est insupportable. Rappelons que les chiffres de septembre, faussement annoncés à la baisse, sont en forte augmentation à Genève.

 

Nous ne pouvons plus tolérer cette politique de l’emploi qui prétérite les résidents.

 

Le SEGE exige la préférence cantonale.

 

 

Daniel Sormanni                        Sege.jpg

Secrétaire général du SEGE

12:39 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15/10/2012

UNE NOUVELLE CONSTITUTION

Le Syndicat des Employés Genevois (SEGE) à pris acte de la décision sortie des urnes ce jour, relative à la nouvelle Constitution.

 

Nous constatons que ce nouveau texte constitutionnel n’a pas attiré les foules avec un taux de participation très faible de 30%. Il n’a pas non plus amené un enthousiasme en regard de l’enjeu avec un taux de 54% contre 46% (taux connu au moment de la rédaction du communiqué). La Ville de Genève et quasiment toutes les villes suburbaines ont voté non.

 

Nous pouvons regretter que ce texte ne soit absolument pas innovateur et qu’il implique des régressions de droits démocratiques notamment les droits syndicaux, les référendums, et initiatives.

 

Des grands principes fondamentaux flous, non opposables; nous font craindre pour l'avenir de la démocratie de Genève et pour ses libertés.

 

Le SEGE restera attentif à la suite du processus et ne manquera pas de peser dans les débats qui vont suivre, et d’apporter ses solutions pour le bien des Citoyennes et des Citoyens de Genève.

 

Daniel SORMANNI

Secrétaire général du SEGE

11:21 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/10/2012

DES EMPLOIS AIDES POUR LES JEUNES

 

A 2 mamans en colère et à toutes les autres (E. Ditzoff et Elisabeth Maury).
Mesdames, j'aimerais vous dire que le MCG
pense aux situations que vous décrivais et se bat pour l'emploi des jeunes résidents à Genève. Une proposition visant à
soutenir l'emploi des jeunes a été déposée au Conseil municipal de la Ville de Genève, elle a été déposée dès l'arrivée
du MCG au Conseil municipal en juin 2011. Malheureusement cette proposition est bloquée par les autres partis en
commission et on se bat pour la faire avancer. La proposition "CINQ CENT EMPLOIS AIDÈS POUR LES JEUNES", vise à aider
par une subvention du salaire de maximum 50% à favoriser l'emploi des jeunes. La proposition se trouve en entier sur
mon "BLOG TDG" dont voici le lien - http://danielsormanni.blog.tdg.ch
Meilleure salutations. Daniel SORMANNI /
Conseiller municipal

 

La proposition :

 

PRD-4

 

Projet de délibération du 8 juin 2011 de Mmes Mireille Luiset, Danièle Magnin, MM.

 

Jean-François Caruso, Jean-Philippe Haas, Claude Jeanneret, Carlos Medeiros,

 

Denis Menoud, Soli Pardo, Antoine Salamin, Daniel Sormanni et Pascal Spuhler:

 

«Cinq cents emplois aidés pour les jeunes».

 

PROJET DE DÉLIBÉRATION

 

Considérant:

 

– que le Mouvement citoyens genevois a proposé aux électeurs de la Ville de Genève

 

des actions concrètes pour l'emploi des jeunes résidents;

 

– la précarisation alarmante d'une partie de la jeunesse de notre ville;

 

– que beaucoup de jeunes ne trouvent pas de places d'apprentissage pour diverses

 

raisons, alors qu'un apprentissage permet d'obtenir un certificat de capacité et de

 

trouver un travail autre que ceux de livreur de pizzas et de nettoyeur de voiture ou qu'un

 

emploi précaire chez McDonald's;

 

– qu'une formation professionnelle en entreprise, avec un vrai patron, permet de

 

comprendre comment fonctionne le monde du travail ainsi que ses exigences;

 

– que parfois des jeunes ont un parcours chaotique sur le plan scolaire, ce qui les

 

handicape pour trouver une place d'apprentissage car souvent il y a une sévère

 

sélection pour être éligible à un poste d'apprenti;

 

– que dans notre société de consommation effrénée ceux qui sont laissés sur la touche

 

peuvent être amenés à «faire des conneries» pour financer leurs besoins vitaux;

 

– qu'être apprenti c'est avoir un statut social qui évite la marginalisation et la perte de

 

confiance en soi;

 

– que beaucoup de jeunes ont peu ou pas d'expérience professionnelle, ce qui les

 

handicape grandement pour leur carrière professionnelle future;

 

– que la nouvelle loi sur le chômage pénalise les jeunes et que le Canton ou la Ville

 

délaissent les jeunes qui sont livrés à eux-mêmes,

 

LE CONSEIL MUNICIPAL,

 

vu l'article 30, alinéa 2, de la loi sur l’administration des communes du 13 avril 1984;

 

sur proposition d'onze de ses membres,

 

décide:

 

Article premier. –

 

Un crédit de fonctionnement de 7 500 000 francs (dont les trois quarts

 

seront provisionnés sur les trois prochains exercices budgétaires) est ouvert au Conseil

 

administratif en vue de soutenir financièrement durant quatre ans la création de 250

 

«Places d’apprentissage en emploi aidé», selon les dispositions prévues à l’article 3 de la

 

présente délibération. Une ligne budgétaire spécifique est inscrite au budget de

 

fonctionnement de chaque exercice.

 

Art. 2

 

. – Un crédit de fonctionnement de 6 750 000 francs est ouvert au Conseil

 

administratif en vue de soutenir financièrement 250 «Places de travail première embauche

 

en emploi aidé», selon les dispositions prévues à l’article 4 de la présente délibération.

 

Une ligne budgétaire spécifique est inscrite au budget de fonctionnement lors de chaque

 

exercice budgétaire.

 

Art. 3

 

. – Les emplois aidés «Place d’apprentissage» couvrent la durée d’un contrat

 

d’apprentissage d’une durée maximale de quatre ans et ils sont notamment contrôlés par

 

les autorités compétentes communales, cantonales et fédérales. Le montant maximal de

 

la subvention est de 50% de la masse salariale de l’apprenti telle qu'elle est définie par les

 

usages de la profession ou les conventions collectives de travail de chaque branche

 

économique.

 

Art. 4

 

. – Les emplois aidés «Première embauche» couvrent la durée d’un contrat privé

 

au sens de l’article 319 du Code des obligations et suivant d’une durée maximale d’une

 

année. Le montant maximal de la subvention est de 50% de la masse salariale de

 

l’employé telle qu'elle est définie par les usages de la profession ou les conventions

 

collectives de travail de chaque branche économique.

 

Les contrats de «Première embauche» sont réservés prioritairement à ceux qui six mois

 

après l’obtention d’un certificat fédéral de capacité n’ont pas trouvé d’emploi convenable,

 

ceux qui sont de retour du service militaire et qui sont sans travail et ceux qui six mois

 

après avoir obtenu un Master de l’Université de Genève ou un titre équivalent d’une haute

 

école genevoise n’ont pas trouvé un emploi convenable.

 

Ceux qui ont bénéficié d’une place d’apprentissage en emploi aidé telle qu'elle est

 

mentionnée à l’article premier ne peuvent pas bénéficier d’un contrat de première

 

embauche auprès du même employeur.

 

Art. 5.

 

– Les ayants droit des emplois aidés sont, d’une part, tous jeunes âgés entre 15

 

et 25 ans domiciliés sur le territoire de la Ville de Genève et dont eux-mêmes ou leurs

 

responsables légaux sont contribuables sur la Ville de Genève, et, d’autre part, les

 

employeurs privés contribuables en Ville de Genève, prioritairement les PME, les artisans

 

ou les professions libérales, inscrites au Registre du commerce, à jour sur les plans

 

fiscaux et dont les charges sociales sont régulièrement payées et qui n’ont pas subi de

 

condamnation pour infraction à la loi sur l'assurance vieillesse et survivants ou la loi

 

fédérale sur les étrangers; seuls les employeurs n’ayant pas procédé à des licenciements

 

économiques ou abusifs dans les trois ans précédant la signature du contrat

 

d’apprentissage ou de travail privé «Première embauche» sont éligibles aux présentes

 

mesures.

 

Ces aides de la Ville de Genève ne sont pas cumulables avec d’autres prestations en

 

faveur de l’emploi ou de l’aide sociale de la Ville, du Canton ou de la Confédération, ni

 

d’organismes privés ou sociaux tels que l’Hospice général.

 

Art. 6.

 

– Le Conseil administratif établit un rapport annuel sur l’application des mesures

 

définies aux articles premier et suivants de la présente délibération et il le fournit au

 

Conseil municipal.

 

Art. 7.

 

– Le Conseil municipal, notamment par l'intermédiaire de la commission des

 

finances, est autorisé, en tout temps, à demander un rapport au Contrôle financier de la

 

Ville de Genève ou de tout autre organe mandaté par elle.

 

Art. 8

 

. – Il sera pourvu à la dépense prévue aux articles premier et 2 par l’affectation

 

d’une partie du boni 2010 de la Ville de Genève, lequel s’élève à 81 100 000 francs.

 

18:50 Écrit par Daniel Sormanni dans Citoyens, Economie, Emploi, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/09/2012

L'HONNEUR DES RESIDENTS GENEVOIS

HUMMEURS A L'ATTENTION DE M. Antoine VEILLIARD

 

Monsieur

 

 

Vos propos sont méprisants pour les résidents Genevois, ils ne sont pas des nantis, ni des notables, comme vous, et ne peuvent pas admettre de ne pas avoir la priorité à l'emploi sur de nouveaux arrivant. Il est aussi parfaitement normal que pour diriger une régie publique un candidat Suisse soit préféré.

 

 

 

En tant que Suisse essayer de postuler un poste similaire, voir même de rentrer dans la fonction publique française, c'est juste impossible et interdit par les lois de votre pays. Quels engagements la France a t-elle pris pour corriger ces injustices.

 

 

 

Votre fantasme de traiter les Suisse habitant en France, comme ayant été chassé est méprisant et ces citoyens, comme les autres habitants de Genève, sont respectés comme il se doit.

 

 

 

Je suis un fervent partisan de la construction de logements à Genève, répondant aux besoins prépondérants de la population, particulièrement par les coopératives et si vous prétendez être un acteur attentif et connaisseur du bassin Genevois, vous devez savoir que les blocages sont multiples et viennent de différents  milieux, politiques, associatifs et immobiliers.

 

 

 

Alors plutôt que d'insulter le peuple de Genève, participer à débloquer la situation sur le front du logement; ce serait plus intelligent.

 

 

 

Avec mes salutations les meilleures.

 

 

 

 

 

Daniel Sormanni

 

Conseiller municipal

 

17:19 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

20/09/2012

L'ETAT VEUT DEPLUMER LA VILLE

L'avant projet du Conseil d'Etat. sur la péréquation intercommunale, attention au piège anti Ville de Genève. C'est une nouvelle attaque contre la Ville et je m'y oppose et la condamne.

Il est trop simple de mettre en place une nouvelle péréquation qui prive la Ville de 113 millions et de dire que les communes qui profitent des prestations de la Ville, "Culture, Sports, etc", doivent payer plus, sans proposer quoique ce soit de concret.

De plus de taxer les contribuables uniquement sur leurs lieu de résidence affaibli fortement la Ville qui a la majorité des emplois du canton sur son territoire, mais paye aussi une grande part des charges de la collectivité du canton de Genève. Alors que la constituante à renoncé, face à l'opposition des communes, à introduire cette disposition, l'Etat revient par la loi avec cette disposition, c'est juste malhonnête.

De plus de dire que l'Etat récupère le Grand-Théâtre, notamment, sans dire comment il va financer les 60 millions, alors que lui-même s'enfonce dans les déficit, c'est irresponsable.

L'Etat revient à ses vieux rêves, comme lors de la tentative, il y a quelques années de supprimer la commune Ville de Genève.

Entrons en résistance

Je refuse que l'Etat dépouille la Ville de Genève de ses joyaux, pour la réduire à l'état de commune ordinaire,........vieux rêve de l'Etat.

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal

15:50 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |