La Suisse doit prendre des mesures concrètes pour sauver les PME, elle en a les moyens.

Imprimer

La fin du mois approche et à ce jour les promesses de la Confédération et du canton n’ont pas ou peu d’effet concret.

En effet les 42 milliards de la Confédération on commence à en voir les contours et les modalités et du coté des indépendants et des patrons des PME, notamment les SARL, les taxis, les montants proposés sont indignes de la Suisse qui en a les moyens.

Du côté du canton les 50 millions accordés à la FAE, pour des cautionnements ne sont pas suffisants, trop compliqués et de bureaucratie. De plus ces prêts vont aggraver l’endettement des PME.

Des mesures concrètes pour sauver les PME, élu au Conseil administratif j'aurais pris cette décision de la Ville de Genève de renoncer aux loyers de ces locaux commerciaux pour le mois d’avril à venir et on attend des organismes de l’Etat, comme par exemple l’Hospice général qu’il fasse de même ; on attend aussi de la part des propriétaires institutionnels (caisses de retraites, assurances) qu’ils rejoignent ce mouvement nécessaire.

Quant aux propriétaires privés on attend également un geste identique, il en va de la survie de nos entreprises.

De plus on attend des caisses de compensation de la souplesse et un report sans pénalités des cotisations sociales.

Ceci est un prérequis, mais nos PME ont besoins de liquidités pour assurer la suite et la survie de l’emploi et on attend des décisions fortes et rapides.

On demande des avances de liquidités sous forme de dons, sans bureaucratie, de la part de l’Etat, de la FAE et de la FONDETEC et ce d’ici la semaine prochaine faute de quoi on va à la catastrophe économique et au chômage de masse.

 

Daniel SORMANNI

Député

Conseiller municipal

Candidat au Conseil administratif

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel