• Sombre plaine de Plainpalais!

    Imprimer

    Question écrite

    Intitulée

    Eclairage de la plaine de Plainpalais, panne et on attend longtemps… !!

     

    L’éclairage de la plaine de Plainpalais est en panne depuis plusieurs semaines et les réponses apportées par le service de l’Aménagement, du Génie Civil et de la Mobilité, signalée par un citoyen que je remercie sont incomplètes, légères et pas rassurantes.

     

    En effet, les réponses nous annoncent des problèmes d’étanchéité liés au travaux de la 1ère tranche des travaux de la plaine et qui serait déjà défectueux.

     

    Inquiétant quant on pense aux coûts faramineux des aménagements de la plaine et qu’il faudrait refaire pour partie.

     

    • Etat des lieux des pannes de l’éclairage et des mesures prises et à prendrent ;
    • Date de rétablissement des éclairages ;
    • Coûts détaillé des interventions ;
    • Perspectives des rénovations à envisager, dans quel délai et à quels coûts.

     

     

    De plus il est passablement incongru et déplacé, de demander à un citoyen vertueux, de désormais faire part de ces remarques par écrit et ce en plein débat, et à juste titre, sur l’environnement.

     

    Dans l’attente de vos réponses, recevez, Monsieur le Conseiller administratif, mes salutations distinguées.

     

     

     

     

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Citoyens, Humeur, Politique 3 commentaires
  • Protégeons notre histoire, mettons des caméras pour surveiller le mur des Réformateurs

    Imprimer

    Des caméras de surveillance sur le Mur des Réformateurs

     

    MOTION Le chef de groupe MCG Daniel Sormanni constate que depuis que ^ce genre de système a été installé près de l'Horloge fleurie, les actes de vandalisme sur ont nettement diminué.

     

     

    Valérie Duby - GHI

     

     

     

     

    Jean Calvin, Théodore de Bèze, Guillaume Farel et John Knox doivent se retourner dans leurs tombes s'ils savaient que le mur de la Réformation faisait aujourd'hui l'objet d'un débat autour de la sexualité.

    Déjà que leur Mur des Bastions a été souillé par des couleurs arc en ciel le 14 juillet , voici que maintenant l'acte de vandalisme est revendiqué par un groupe qui fustige la récupération des événements LGBTIQ+ comme la Gay Pride et la position de la Ville de Genève, pourtant acquise à la cause. 

    Une chose est sûre au milieu de ce semblant débat, il faut faire quelque chose pour sauver ce Mur, symbole de la Genève protestante, trop souvent été abîmé  depuis les années 60.

     

    "La Réforme, c'est quelque chose qui a structuré l'histoire de Genève et du monde", indique le secrétaire général du MCG et député François Baertschi, qui souhaite que le Mur fasse partie - ce qui n'est pas le cas - des monuments classés à Genève.

     Le classer? Pourquoi pas. Mais cela ne va peut-être pas suffir. "Ce qu'il faut, c'est le garder, le surveiller! Et puisque la police municipale ne peut assurer une surveillance constante, il faut faire installer des caméras", en déduit le conseiller municipal et chef de groupe du MCG, Daniel Sormanni.

     

    Dans une motion qu'il vient de déposer au Conseil municipal, Daniel Sormanni demande au Conseil administratif de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de protéger le mur des Réformateurs des vandales, en installant des caméras: 

    "Ce n'est certes pas la panacée que  d'en arriver là mais que faire d'autre ? Il semble qu il existe des caméras en bas du Mur mais elles sont peu utiles.... Ce qu'il faut faire, là, c'est les placer  en-haut du Mur, sur la rue de la Croix-Rouge puisque c'est de là que les vandales ont jeté leurs pots de peinture."

    Daniel Sormanni constate que depuis que l'Horloge fleurie est surveillée - elle avait été saccagée huit fois en 2013 - les choses se sont nettement améliorées. "Il faut donc étudier un concept de sécurité aux Bastions", ajoute-t-il. Le Mur des Réformateurs ne porte aujourd'hui plus de séquelles du dernier acte de vandalisme revendiqué. Mais le débat continue. 

    Lien permanent 1 commentaire
  • Chaleur en Ville de Genève "De la minéralité des espaces à l'arborisation"

    Imprimer

    De la minéralité à l’arborisation

    Depuis son arrivée au Conseil municipal en 2011, le MCG n’a pas cessé de se battre contre l’abattage massif des arbres, dont certains étaient centenaire, en Ville de Genève.

    Souvenez-vous de notre lutte, de ma lutte pour empêcher l’abattage des arbres de la plaine de Plainpalais, de mes courses pour empêcher les tronçonneuses venues de Zürich de couper ces arbres en bonne santé et ce poursuivi par la police municipale puis empêcher physiquement par la police cantonale.

    L’aménagement de la plaine voulu par l’exécutif municipal et soutenu par une majorité du Conseil municipal, y compris le parti socialiste et les verts.

    Même les référendaires n’ont véritablement été soutenu que par le MCG.

    Donc seul le MCG s’est opposé concrètement à ces abattages massifs et systématiques sur la plaine, notamment un être pourpre au Vidollet, les arbres du quai du Seujet et de la rue de la Croix-Rouge, les arbres du boulevard des Tranchées et ailleurs dans d’autre quartiers.

    Ce n’est aucunement la politique du Conseil administratif de remplacement des arbres ni le plan présenté en juillet qui va amener un vrai changement aux actions menées par l’exécutif depuis de nombreuses années.

    On ne compense pas des arbres centenaires par des jeunes pousses qui vont mettre plusieurs années à grandir et à fournir l’ombre nécessaire et le rafraichissement nécessaire à une ville ; et ce sans parler du choix des essences. On ne remplace pas le feuillage des érables par celui des micocouliers, par exemple.

    Alors aujourd’hui vouloir récupérer politiquement la nécessaire arborisation et la création d’espaces nouveaux de verdure alors que l’on à laisser faire depuis plus de 12 ans ces aménagements de la ville par des abattages d’arbres et la minéralisation ne nombreux espaces, places, par la Ville de Genève et le canton qui autorise en masse les abattages d’arbres sans parler de l’aménagement calamiteux de la plage des Eaux-Vives.

    Ainsi la plaine de Plainpalais, la place des Grottes, la place du Vélodrome, Chandieu, place de Saint-Gervais, place Simon-Goulart, le square Pradier ou l’on interdit même aux commerçants d’arboriser leurs espaces, ont été minéralisées à l’extrême, en méprisant la nécessité impérieuse et qui saute aux yeux et ce bien avant l’urgence climatique que décrète certains, de verdir d’arboriser à l’extrême pour apporter de la fraicheur de l’ombre et du bien-être aux habitants de notre Ville de Genève.

    Vive Genève, vive le MCG.

     

     

    Daniel Sormanni

    Conseiller municipal Ville de Genève

    Député au Grand-Conseil

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Citoyens, Humeur, Politique 0 commentaire