Protégeons notre histoire, mettons des caméras pour surveiller le mur des Réformateurs

Imprimer

Des caméras de surveillance sur le Mur des Réformateurs

 

MOTION Le chef de groupe MCG Daniel Sormanni constate que depuis que ^ce genre de système a été installé près de l'Horloge fleurie, les actes de vandalisme sur ont nettement diminué.

 

 

Valérie Duby - GHI

 

 

 

 

Jean Calvin, Théodore de Bèze, Guillaume Farel et John Knox doivent se retourner dans leurs tombes s'ils savaient que le mur de la Réformation faisait aujourd'hui l'objet d'un débat autour de la sexualité.

Déjà que leur Mur des Bastions a été souillé par des couleurs arc en ciel le 14 juillet , voici que maintenant l'acte de vandalisme est revendiqué par un groupe qui fustige la récupération des événements LGBTIQ+ comme la Gay Pride et la position de la Ville de Genève, pourtant acquise à la cause. 

Une chose est sûre au milieu de ce semblant débat, il faut faire quelque chose pour sauver ce Mur, symbole de la Genève protestante, trop souvent été abîmé  depuis les années 60.

 

"La Réforme, c'est quelque chose qui a structuré l'histoire de Genève et du monde", indique le secrétaire général du MCG et député François Baertschi, qui souhaite que le Mur fasse partie - ce qui n'est pas le cas - des monuments classés à Genève.

 Le classer? Pourquoi pas. Mais cela ne va peut-être pas suffir. "Ce qu'il faut, c'est le garder, le surveiller! Et puisque la police municipale ne peut assurer une surveillance constante, il faut faire installer des caméras", en déduit le conseiller municipal et chef de groupe du MCG, Daniel Sormanni.

 

Dans une motion qu'il vient de déposer au Conseil municipal, Daniel Sormanni demande au Conseil administratif de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de protéger le mur des Réformateurs des vandales, en installant des caméras: 

"Ce n'est certes pas la panacée que  d'en arriver là mais que faire d'autre ? Il semble qu il existe des caméras en bas du Mur mais elles sont peu utiles.... Ce qu'il faut faire, là, c'est les placer  en-haut du Mur, sur la rue de la Croix-Rouge puisque c'est de là que les vandales ont jeté leurs pots de peinture."

Daniel Sormanni constate que depuis que l'Horloge fleurie est surveillée - elle avait été saccagée huit fois en 2013 - les choses se sont nettement améliorées. "Il faut donc étudier un concept de sécurité aux Bastions", ajoute-t-il. Le Mur des Réformateurs ne porte aujourd'hui plus de séquelles du dernier acte de vandalisme revendiqué. Mais le débat continue. 

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Placer des caméras… il en faudrait encore d'autres… humaines... pour entrer en l'intériorité de ceux qui dégradent en l'ocurrence ce mur afin de connaître le fond de leur pensée, de leur ressenti,

    Pourquoi avez-vous dégradé ce mur?
    Quelles sont vos peines, dégoûts, révoltes, angoisses?

    Les caméras de surveillance prévues accordées n'apporteront pas réponses à ces questions.

    Seuls les soins psychologiques, la bienveillance "active" permettront de lutter contre une évidente tendance à mépriser les simples gens dans nos sociétés.

Les commentaires sont fermés.