02/12/2017

Soutenons le maintien de l’emploi chez ABB-Sécheron !

Soutenons le maintien de l’emploi chez ABB-Sécheron !

 

Fondée à Genève en 1879 la Compagnie de l’Industrie Electrique et Mécanique (CIEM), qui va s’agrandir en 1918 sur l’initiative de quelques industriels et devenir la Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS), qui sera reprise en 1988, par ABB et deviendra ABB-Sécheron et compte près de 400 employés aujourd’hui. 

 

Il reçoit depuis plusieurs années des aides publiques de l’Etat de Genève pour l’aider à rester à Genève et au moins 700'000 francs d’aide directe pour développer le projet TOSA.

 

Dans le cadre du projet TOSA, l’Etat de Genève, en partenariat avec les TPG et les SIG, a passé une importante commande, pour s’équiper de cette technologie pour un montant de 15 millions avec une aide de la Confédération de 3,4 millions.

 

Le 6 novembre 2017 la direction d’ABB-Sécheron a annoncé la suppression de 143 emplois à Genève, pour délocaliser la production notamment en Pologne, et ceci malgré les profits dégagés !

 

Indignons-nous !

 

Les employés d’ABB-Sécheron ont créé une page Facebook intitulée « Stoppons le train des délocalisations ».

 

Partageons cette page !

 

Le Conseil d’Etat a de son côté décidé la mise en place d’une Task Force pour soutenir le maintien de ce site de production à Genève.

 

Les syndicats invitent la population à se solidariser.

 

Le 7 novembre 2017, un groupe de députés saluant l’initiative du Conseil d’Etat a présenté au Secrétariat du Grand Conseil la proposition de Motion « ABB Sécheron : battons-nous pour le maintien de l’emploi et disons STOP à l’érosion du secteur industriel genevois » afin que le Conseil d’Etat utilise tous les moyens économiques et politiques à sa disposition afin d’exercer des pressions sur la direction d’ABB-Sécheron pour maintenir l’emploi à Genève. 

 

Soutenons cette démarche !

 

 

Daniel SORMANNI

Député

Candidat au Conseil d’Etat

19:48 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Soutenons le maintien de l’emploi chez ABB-Sécheron !

Soutenons le maintien de l’emploi chez ABB-Sécheron !

 

Fondée à Genève en 1879 la Compagnie de l’Industrie Electrique et Mécanique (CIEM), qui va s’agrandir en 1918 sur l’initiative de quelques industriels et devenir la Société anonyme des ateliers de Sécheron (SAAS), qui sera reprise en 1988, par ABB et deviendra ABB-Sécheron et compte près de 400 employés aujourd’hui. 

 

Il reçoit depuis plusieurs années des aides publiques de l’Etat de Genève pour l’aider à rester à Genève et au moins 700'000 francs d’aide directe pour développer le projet TOSA.

 

Dans le cadre du projet TOSA, l’Etat de Genève, en partenariat avec les TPG et les SIG, a passé une importante commande, pour s’équiper de cette technologie pour un montant de 15 millions avec une aide de la Confédération de 3,4 millions.

 

Le 6 novembre 2017 la direction d’ABB-Sécheron a annoncé la suppression de 143 emplois à Genève, pour délocaliser la production notamment en Pologne, et ceci malgré les profits dégagés !

 

Indignons-nous !

 

Les employés d’ABB-Sécheron ont créé une page Facebook intitulée « Stoppons le train des délocalisations ».

 

Partageons cette page !

 

Le Conseil d’Etat a de son côté décidé la mise en place d’une Task Force pour soutenir le maintien de ce site de production à Genève.

 

Les syndicats invitent la population à se solidariser.

 

Le 7 novembre 2017, un groupe de députés saluant l’initiative du Conseil d’Etat a présenté au Secrétariat du Grand Conseil la proposition de Motion « ABB Sécheron : battons-nous pour le maintien de l’emploi et disons STOP à l’érosion du secteur industriel genevois » afin que le Conseil d’Etat utilise tous les moyens économiques et politiques à sa disposition afin d’exercer des pressions sur la direction d’ABB-Sécheron pour maintenir l’emploi à Genève. 

 

Soutenons cette démarche !

 

 

Daniel SORMANNI

Député

Candidat au Conseil d’Etat

19:48 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

01/12/2017

PRRFERENCE LOCALE ä LA FRANCAISE !!

Bienvenue sur mon blog

Bonjour, Ce blog est édité par Mauro Poggia. Je vous remercie de votre visite et des commentaires que vous rédigerez sous mes billets. Merci de respecter les règles fixées par la Tribune de Genève qui nous héberge: soyez courtois, concis, pertinent et signez votre commentaire! Au plaisir de vous lire. Vous pouvez aussi nous atteindre en cliquant: ici.

NB: Le contenu des blogs n'engage pas la rédaction de la Tribune de Genève.

Newsletter

Blogs citoyens

30/11/2017

Préférence locale made in France

IMG_0512.JPG

IMG_0513.JPG

(Article paru dans le journal "Le Citoyen" du MCG de décembre 2017)

Qui n’a pas encore à l’esprit les critiques émises par l’Union européenne, France en tête, contre du principe de priorité pour nos demandeurs d’emploi, porté avec pugnacité par le MCG jusque dans la politique publique du canton?

A l’heure où il est question de mise en œuvre de la “préférence nationale light” concoctée par notre Parlement fédéral, lequel a préféré méconnaître la volonté populaire plutôt que de froisser Bruxelles, voici que nos voisins de la Région Auvergne-Rhône-Alpes font mieux encore, dans l’indifférence générale.

Après la critique, le mimétisme

C’est ainsi qu’un “Tous-ménages” automnal informe les habitants de la région qu’il est désormais question de “priorité à l’emploi local” et de “préférence régionale sur les chantiers”!

Alors qu’une majorité politique en Suisse et à Genève, pratique l’autocensure par le politiquement correct en osant à peine parler du bout des lèvre de “préférence”, nos voisins, avec ce qu’il faut bien qualifier de bon sens flagrant, déclarent que “la Région veut que ses dépenses bénéficient d’abord à l’économie régionale”. On ne parle évidemment pas ici de la région du “Grand Genève”, dont se gargarise le landerneau politique, mais de la circonscription administrative française. Après la “Clause Molière” imposant l’usage du français sur les chantiers, dans le but évident d'exclure la main d'œuvre étrangère, nos proches voisins passent à la vitesse supérieure.

Quelle leçon tirer de cette observation?

D’abord, que le soutien nécessaire que les pouvoirs publics doivent mettre en œuvre sur le plan local, doit aussi s’étendre aux entreprises, lesquelles sont de plus en plus placées, dans les marchés publics, nationaux et internationaux, face à une concurrence déloyale. A force de vouloir jouer à tout prix le “bon élève”, Genève défavorise son économie locale. Le prix le plus favorable est une notion bien plus large que le montant inscrit au bas d’une soumission. Payer moins cher en aggravant le chômage local, c’est finalement payer le prix fort!

Ensuite, que progresse inexorablement la conscience des limites d’une régulation des marchés par la seule concurrence. L’Europe économique ne se construit pas sur un nivellement par le bas. La libre circulation telle que voulue par cette Europe-là, nous n’en voulons pas.

Enfin, que la protection de nos demandeurs d’emploi doit être poursuivie et renforcée par la protection de nos entreprises. C’est un donnant-donnant: plutôt que de sacrifier notre cohésion sociale sur l’autel d’un profit courtermiste, nos entreprises doivent s’engager résolument pour l’emploi de proximité. De plus en plus nombreux sont ceux qui le font, mais la route est encore longue. De leur côté, l’Etat et les collectivités publiques doivent donner l'exemple: l’argent public doit, en priorité, être injecté dans l’économie locale!

Du simple bon sens.

 

Mauro POGGIA

11:22 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Emploi, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |