12/04/2016

MOBILITÉ, MOBILITÉ, un débat difficile

PRÉSERVER LA PLACE DE NEUVE ET SES VOIES DE CIRCULATION.

Il faut relever au préalable que les enjeux de l’aménagement de la place de Neuve sont de première importance vu les différentes fonctions modales.

En effet avec six voies qui arrivent et partent de la place, les voitures, les motos, les vélos et les différents véhicules des TPG (trams, trolleybus, bus), il très difficile de concilier tout cela avec les piétons et bien sûr les accès à l’arrêt TPG et au parc des Bastions.

Dans ce contexte et dans la cadre des travaux de rénovation du Grand-Théâtre et de la mise en œuvre du plan lumière, il faut absolument éviter un nouveau blocage de la circulation en Ville de Genève, par de nouveaux aménagements de la place de Neuve restreignant les voies de circulations.

Il n’est pas inutile de rappeler le projet d’aménagement et du projet de parc de stationnement souterrain sous la place de Neuve, assortis de conditions qui liaient explicitement le projet de tram 16 et des aménagements extérieurs. Le projet déposé en 1997, a été contesté par un référendum, essentiellement, composé par les Verts. Il est d’ailleurs assez symptomatique de relire les arguments développés au Conseil municipal, notamment, ce 11 février 1998, pour s’apercevoir qu’il à la virgule près les même que ceux avancés aujourd’hui, pour s’opposer à la traversée de la rade par exemple.

Il est aussi utile de rappeler que l’Association des intérêts de la Corraterie, avait lancé une pétition en date du 5 novembre 1986 (P-728), visant à soutenir la construction d’un parc de stationnement sous la place de Neuve.

Malheureusement, le projet a été refusé par la population de la Ville de Genève le 27 septembre 1998.

Il est aussi important de rappeler qu’un projet d’importance cantonale est finalement tranché qu’au niveau municipal et empêche de ce fait d’avancer vers des solutions plus globale en matière d’aménagement du territoire et des voies de circulations impliquant le réseau cantonal.

En conséquence, vu les considérants de la motion M-1219, et surtout ces invitent, qui visent à procéder à une étude complète sur l’ensemble des enjeux de circulation à la place de Neuve et aux alentours ; il est parfaitement limpide que le but est de restreindre les voies de circulation à la place de Neuve, déjà problématique aujourd’hui, et de piétonnisé le plus possible ces espaces, mais sans le parking souterrain.

C’est tout à fait contraire à notre philosophie et nous n’accepterons pas un projet allant dans ce sens, qui est contraire au libre choix du mode de transport.

Nous restons persuadés qu’un embellissement, visant à rendre plus conviviale la place de Neuve et ses alentours est possible, à la fin des travaux de rénovation du Grand-Théâtre et de la mise en valeur par l’installation d’éclairages prévu par la PR-1170 ; mais sans diminuer les voies de circulation nécessaire au déplacement des divers mode de transport utilisant les voiries sur la place et aux alentours.

Il est essentiel de coordonner au niveau cantonal les aménagements de places, de trottoirs et de place de parcs en Ville de Genève, dans un but de meilleures allocations des voiries en vue d’une amélioration globale des différents modes de transport ; et non, comme le préconise et le pratique les partis de l’Alternative depuis de nombreuse années, par des blocages sectoriels (trottoirs large, places piétonnisées, suppression de places de parcs en surfaces non compensées et diminution des voies de circulations, afin d’empêcher la circulations des divers véhicules.

 

 

Daniel Sormanni

Député au Grand-Conseil

Conseiller municipal

13:10 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/04/2016

LES RETRAITÉS DE LA VILLE DE GENÈVE, AU CHÔMAGE

LES GROS MENSONGES ET OUBLIS DU PARTI SOCIALISTE ET DE SA MAGISTRATE.

Depuis janvier 2010, ce sont 83 anciens employés de la Ville de Genève qui se sont inscrit...s au chômage et 14 d'entre eux se sont vus refuser par le Conseil administratif la possibilité de prolonger leurs activités jusqu'a l'âge AVS.
Ce n'est donc en aucun cas un phénomène marginal et il faut y mettre fin.

De plus la magistrate prétent que ces personnes sont parties avec un revenu mensuel de 4720,- frs; hors l'article 72 du REGAP prévoit que si la rente de l'intéressé ou l'intéressée, cumulée à son revenu AVS est inférieur à ce montant (classe A annuité 2), il peut obtenir la dérogation.
En conséquence, vu que la rente AVS n'est pas verséée avant 65 an (64 pour les femme), c'est donc un revenu de 4720,- frs moins les 2350,- de l'AVS; à savoir 2370,- frs ,auquel ces personnes on droit.

ET OUI MADAME LA MAGISTRATE C'EST EMILE ZOLA

Daniel Sormanni
Conseiller municipal
Membre de la Commission des finances

20:34 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

LES RETRAITÉS DE LA VILLE DE GENÈVE, AU CHÔMAGE

 

 
 
NOTRE PROPOSITION POUR METTRE FIN A CETTE DISPOSITION INJUSTE. STOP A UNE VILLE INDIGNE VIS-A-VIS DE CES RETRAITÉS

... PRD-117
Projet de délibération du 9 février 2016 de MM Daniel SORMANNI, François BAERTSCHI, Pascal SPUHLER, Claude JEANNERET, Carlos MEDEIROS, Jean-Philippe HAAS, Danièle MAGNIN, Laurent LEISI, Amar MADANI, Thomas ZOGG, Daniel, Dany PASTORE,
: «Pour éviter le chômage, le personnel de la Ville de Genève peut prolonger son activité jusqu’à l’âge AVS »
PROJET DE DÉLIBÉRATION
Considérant:
– le vote par le Conseil municipal des statuts et règlements de la nouvelle caisse de prévoyance interne «Ville de Genève et les autre communes genevoises», avec un âge de départ à la retraite prévu à 64 ans;
– l'apport de 120 millions de francs consentis par la Ville de Genève pour maintenir la viabilité de la caisse en compensant la baisse du taux technique;
– le vote du Conseil municipal du 22 janvier 2013 décidant de conditionner la libération des 120 millions de francs au dépôt d'une proposition de relèvement de l'âge de la retraite fixée dans le statut de la Ville de Genève;
– la volonté de tous les partenaires de relever l'âge de la retraite plutôt que de toucher aux prestations pour assurer la pérennité financière de la caisse en lien avec la révision des bases techniques,
– la problématique d’employés devant allez au chômage pour combler le manque de revenu entre le départ à la retraite à 62 ans, la rente de la CAP à 64 ans et la rente AVS à 65 ans;
LE CONSEIL MUNICIPAL,
vu l'article 30, alinéa 2, de la loi sur l'administration des communes du 13 avril 1984; sur proposition de plusieurs de ses membres décide:
Article premier. – L'article 38, «Retraite», alinéa 2, du statut du personnel de la Ville de Genève est modifiée comme suit:

2. Sur demande le Conseil administratif prolonge les rapports de service des employées et des employés. Cette prolongation prend fin à l’âge donnant droit à une rente de vieillesse selon la loi fédérale du 20 décembre 1946 sur l’assurance vieillesse et survivants.

Article 2. – L’ article 72 du REGAP est adapté aux nouveaux statuts.

20:24 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

LES RETRAITÉS DE LA VILLE DE GENÊVE, AU CHÔMAGE

VILLE DE GENEVE

Le MCG défend le personnel communal

Le Mouvement Citoyens Genevois se préoccupe du personnel de la Ville de Genève qui doit pointer au chômage une fois atteint l’âge statutaire de la retraite, à 62 ans. Nous avons déposé un projet de délibération  (PRD-117) demandant une modification du statut du personnel pour mettre fin à cette injustice.

Mercredi 6 avril, le Conseil municipal de la Ville de Genève a voté à l’unanimité l’étude de cette délibération en commission. En effet, il est indigne d’obliger des collaborateurs à quitter leur travail dans ces conditions.

Nous nous réjouissons de pouvoir mettre fin à cette mesure qui précarise les travailleurs à la veille de la retraite. 

Pascal SPUHLER, Chef du groupe MCG au Conseil municipal

Daniel SORMANNI, Auteur de la proposition et commissaire aux Finances

20:19 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |