12/04/2016

MOBILITÉ, MOBILITÉ, un débat difficile

PRÉSERVER LA PLACE DE NEUVE ET SES VOIES DE CIRCULATION.

Il faut relever au préalable que les enjeux de l’aménagement de la place de Neuve sont de première importance vu les différentes fonctions modales.

En effet avec six voies qui arrivent et partent de la place, les voitures, les motos, les vélos et les différents véhicules des TPG (trams, trolleybus, bus), il très difficile de concilier tout cela avec les piétons et bien sûr les accès à l’arrêt TPG et au parc des Bastions.

Dans ce contexte et dans la cadre des travaux de rénovation du Grand-Théâtre et de la mise en œuvre du plan lumière, il faut absolument éviter un nouveau blocage de la circulation en Ville de Genève, par de nouveaux aménagements de la place de Neuve restreignant les voies de circulations.

Il n’est pas inutile de rappeler le projet d’aménagement et du projet de parc de stationnement souterrain sous la place de Neuve, assortis de conditions qui liaient explicitement le projet de tram 16 et des aménagements extérieurs. Le projet déposé en 1997, a été contesté par un référendum, essentiellement, composé par les Verts. Il est d’ailleurs assez symptomatique de relire les arguments développés au Conseil municipal, notamment, ce 11 février 1998, pour s’apercevoir qu’il à la virgule près les même que ceux avancés aujourd’hui, pour s’opposer à la traversée de la rade par exemple.

Il est aussi utile de rappeler que l’Association des intérêts de la Corraterie, avait lancé une pétition en date du 5 novembre 1986 (P-728), visant à soutenir la construction d’un parc de stationnement sous la place de Neuve.

Malheureusement, le projet a été refusé par la population de la Ville de Genève le 27 septembre 1998.

Il est aussi important de rappeler qu’un projet d’importance cantonale est finalement tranché qu’au niveau municipal et empêche de ce fait d’avancer vers des solutions plus globale en matière d’aménagement du territoire et des voies de circulations impliquant le réseau cantonal.

En conséquence, vu les considérants de la motion M-1219, et surtout ces invitent, qui visent à procéder à une étude complète sur l’ensemble des enjeux de circulation à la place de Neuve et aux alentours ; il est parfaitement limpide que le but est de restreindre les voies de circulation à la place de Neuve, déjà problématique aujourd’hui, et de piétonnisé le plus possible ces espaces, mais sans le parking souterrain.

C’est tout à fait contraire à notre philosophie et nous n’accepterons pas un projet allant dans ce sens, qui est contraire au libre choix du mode de transport.

Nous restons persuadés qu’un embellissement, visant à rendre plus conviviale la place de Neuve et ses alentours est possible, à la fin des travaux de rénovation du Grand-Théâtre et de la mise en valeur par l’installation d’éclairages prévu par la PR-1170 ; mais sans diminuer les voies de circulation nécessaire au déplacement des divers mode de transport utilisant les voiries sur la place et aux alentours.

Il est essentiel de coordonner au niveau cantonal les aménagements de places, de trottoirs et de place de parcs en Ville de Genève, dans un but de meilleures allocations des voiries en vue d’une amélioration globale des différents modes de transport ; et non, comme le préconise et le pratique les partis de l’Alternative depuis de nombreuse années, par des blocages sectoriels (trottoirs large, places piétonnisées, suppression de places de parcs en surfaces non compensées et diminution des voies de circulations, afin d’empêcher la circulations des divers véhicules.

 

 

Daniel Sormanni

Député au Grand-Conseil

Conseiller municipal

13:10 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.