03/09/2015

Une banque nationale au service des citoyens et du pays.

 


La politique monétaire de la banque nationale (BNS) doit s’orienter sur un soutien à l’économie suisse et ne plus investir à l’étranger dans des sociétés qui n’apportent rien à la suisse en termes de stabilité, croissance et surtout d’indépendance. Hors aujourd’hui, il n’y a pas de crédit sans débiteur, pas de désendettement sans réduction d’actif, Tout l’argent que nous utilisons  n’est en réalité qu’une créance privée. Les banques créent la monnaie scripturale, mais l’argent mis en circulation par le crédit bancaire n’est pas à la disposition de l’Etat ni des citoyens pour les dépenses. Au contraire nous devront encore payer des intérêts pour qu’il y ait suffisamment d’argent mis en circulation. Il faut contraindre la BNS à cesser immédiatement cet énorme gaspillage de la richesse publique. La production excessive d’argent actuelle impose à l’économie de croître sans cesse ce qui est un leurre. 90% de la masse monétaire en circulation est créée par les banques commerciales. C’est à l’Etat, et non à ces banques, qu’il appartient d’être maître de la création monétaire.

 

La BNS ne peut plus contrôler la masse monétaire, les banques produisent trop d’argent, et cela provoque inflation et bulles financières. Afin de garantir que la prospérité de notre pays et sa liberté, et d’être au service des citoyens, il faut remettre la BNS au service de l’Etat et non l’inverse.

 

 

 

La confédération édicte de nouvelles règles et missions à la BNS. La BNS investi ses capitaux dans l’économie suisse, exclusivement. Seule la BNS peut créer de la masse monétaire (Billets & monnaie scripturale). Les communes et les cantons peuvent se financer directement auprès de la BNS.

 

15:48 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.