08/05/2014

SALAIRE MINIMUM OBLIGATOIRE, PROMESSES NON TENUES !

 

La votation fédérale du 18 mai 2014 sur le salaire minimum à 4000,- frs. pour toute la Suisse et tous les secteurs économiques ; pose une question de principe importante.

 

En effet, s’il est juste de se poser la question d’un salaire décent pour toutes et tous, qui permet de vivre en Suisse, se pose immanquablement comment atteindre cet objectif.

 

Evidemment, vu le fédéralisme Suisse et les niveaux de vie différents dans les cantons Suisse, ne serait-ce que vouloir définir un montant pour un salaire minimum est un exercice difficile auquel il faut ajouter la composante des différents secteurs économiques et professions qui sont loin de dégager la même intensité de rendement, tout cela devient donc de l’équilibrisme et en fait plutôt de la mission impossible.

 

Partant de ces caractéristiques, liées aux particularismes institutionnels helvétiques, au fédéralisme et à la large autonomie des cantons, il est illusoire de penser fixer un salaire minimum Suisse uniforme, comme le SMIC en France, car celui-ci pénalise l’emploi.

 

En Suisse nous avons la chance, liée au partenariat social fort, que de très nombreux secteurs économique sont au bénéfice de convention collective de travail (CCT) qui traite et fixent les règles salariales.

 

Il convient donc d’agir pour renforcer, favoriser, renouveler et étendre les CCT et les contrats types à tous les secteurs économiques, car c’est le meilleur garant de la protection des salariés et de salaires minimum justes et adaptés.

 

Ce n’est pas une loi rigide qui doit remplacer le partenariat social.

 

Seules des CCT négociées par les partenaires sociaux, sont à même d’atteindre, notamment, des salaires dignes pour tous les salariés. Les mêmes partenaires et l’Etat doivent ensuite travailler à rendre obligatoire et à appliquer les dites CCT.

 

C’est pourquoi le MCG n’est pas favorable à un salaire minimum généralisé Suisse et soutiendra toute action visant à la mise en place, le renouvellement et l’extension des CCT dans notre pays.

 

 

 

Daniel Sormanni

 

Secrétaire général du SEGE

 

Député au Grand-Conseil

 

Conseiller municipal de la Ville de Genève

 

Membre du bureau directeur du MCG

 

15:43 Écrit par Daniel Sormanni dans Air du temps, Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.