24/03/2013

COMPTES 2012 DE LA VILLE DE GENÈVE - Le MCG avait raison !

Depuis notre arrivée au Conseil municipal de la Ville de Genève début juin le MCG, par la voie du soussigné, souligne avec force de conviction et analyse des chiffres, que la Ville de Genève doit prendre des mesures pour freiner ses charges de fonctionnement et d'investissements, vu le ralentissement de la conjoncture et donc de l'espérance d'augmentation des recettes fiscales. Hors, non seulement les recettes des personnes physiques et des personnes morales n'augmentent plus, mais sont en baisse et seul notre groupe l'avait prédit.

Depuis des années la Ville de Genève et son Conseil municipal, augmente ses charges de fonctionnement, nouveaux personnels, nouvelles tâches et aucuns groupes, y compris l'Entente et l'UDC, ne c'est ému et opposés.

De plus le niveau des investissements, gérés par le Magistrat Rémy Pagani, explose pour culminer dans les comptes 2012 à 153 millions, soit plus de 50 % supérieur au budget. On est dans la déraison, car ces investissements vont générer des amortissements et des frais de fonctionnement dans les budgets futurs et alourdir ainsi les charges annuelles, pérennes dudit budget.

Seul le MCG l'avait prédit et appelé à réduire et freiner ces nouvelles dépenses.

Le résultat des comptes 2012 fait hélas apparaître l'évidence; à savoir une baisse conséquente des recettes fiscales des personnes physique - 41 millions et des personnes morales - 12 millions; la taxe professionnelle est restée stable sans garanties pour l'avenir, car il faut rappeler que le système de taxation post-numérendo, bisannuels en retarde les effets de la conjoncture d'autant.

Contrairement aux propos du PLR, les recettes fiscales ont baissés en 2012 et une nécessaire adaptation des futurs budgets est donc nécessaire, car le MCG vise un nouvel exercice budgétaire équilibré après ceux de 2012 et 2013, qu'il à réussi à imposer; et une maîtrise des investissements à 100 millions au maximum.

Notre municipalité, par la voie de son exécutif est à la croisée des chemins et doit proposer un budget 2014, en trouvant des économies, sans toucher aux prestations, et je suis persuadé que cela est possible, ou il n'économise rien, et il faudra lui demander de réduire les prestations.

 

Daniel Sormanni

Conseiller municipal, membre de la commission des finances

18:50 Écrit par Daniel Sormanni dans Citoyens, Economie, Emploi, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.